- Robin des Bois - http://www.robindesbois.org -

Une rentrée au mercure et au chrome

Malgré les fermetures définitives ou provisoires des écoles de Nogent-sur-Marne (1998) et de Vincennes (2001) pour cause de contamination radioactive et d’agrégats inexpliqués de cancers, les collectivités, avec l’aval du Ministère de l’Education Nationale, s’empressent encore dans des délais très courts de reconvertir des sols pollués en supports d’édifices scolaires. Les pics de pollution sont tempérés par des valeurs moyennes arithmétiques et par l’élimination des valeurs extrêmes. Les facteurs d’incertitude sont répartis en Doses Journalières Admissibles pour des individus découpés par tranche de 15 kg; elles reviennent à autoriser une dose globale de toxiques considérée comme tolérable, qu’elle soit absorbée par inhalation, contact ou ingestion. C’est ainsi que sont délivrés des certificats de survie sur des sols pollués, assortis d’une posologie et parfois d’un mode d’emploi, du style: « les concentrations résiduelles seront acceptables dans la mesure où l’espace récréatif de la maternelle aura été aménagé. Toute utilisation d’eau souterraine sera interdite, y compris pour l’arrosage des espaces verts et du potager, pour les jeux d’eau, les sanitaires et le nettoyage des zones bitumées. » Est-il raisonnable de confiner des enfants, petits et grands, sur des compromis d’arsenic ménageant la chèvre écologique et le coût économique? Robin des Bois demande le report des travaux d’aménagement du groupe scolaire et du centre de petite enfance à l’ouest de la ville de Toulouse et du groupe scolaire de Saint-Ouen l’Aumône au nord de Paris.

La ville de Toulouse entend construire à Saint-Martin du Touch une école primaire et maternelle sur un site pollué à dépolluer. La parcelle de 7500 m2 a servi de terrain d’accueil à des gens du voyage. Antérieurement elle pourrait avoir été utilisée en tant que décharge sauvage. Des concentrations faramineuses ou élevées en cuivre et en plomb ainsi que des contaminations en arsenic, en cadmium, en chrome, en nickel, en zinc, en hydrocarbures et en PCB ont été décelées. L’Évaluation Détaillée des Risques approuvée par les services d’architecture de la ville de Toulouse fixe les objectifs de dépollution suivants: cuivre 1.650 mg/kg; plomb: 231 mg/kg. Au dessous de ces seuils, les terres contaminées pourront rester sur place. Pourtant les VDSS (Valeurs de Définition de Source Sol : concentration en polluant dans les sols à partir de laquelle la matrice sol est considérée comme source de pollution) sont pour le cuivre de 95 mg et pour le plomb de 200 mg.

C’est à Saint-Ouen l’Aumône sur la décharge sauvage de Blanche de Castille dans la Z.A.C. de la gare de Liesse que le syndicat de l’agglomération nouvelle de Cergy-Pontoise veut construire un groupe scolaire. Le nom est joli, il porte le nom d’une source perdue, mais l’environnement est sinistré. 40 000 tonnes de terres déchets à excaver et à envoyer au diable vauvert, en décharge de classe 2 pour déchets banals. alors que certains sondages ont révélé des teneurs de 6 à 20 mg de mercure. L’échéancier est serré. Le groupe scolaire doit être opérationnel en 2004. Dans le secteur, les cultures maraîchères sont interdites à cause des pollutions des sols et de l’eau. Seule la culture de maïs pour l’alimentation animale est actuellement autorisée; de même que les casses autos et à quelques encablures un remblai routier exceptionnel : le CEBTP (Centre Expérimental et de Recherche du Bâtiment et des Travaux Publics) dans le cadre d’une étude géochimique y a découvert 30.000 mg/kg d’aluminium, 1.000 mg/kg de titane, 4.000 mg/kg de plomb, 9.000 mg/kg de zinc, 4.000 mg/kg de cuivre… une vraie mine.