Scandale au bord de la Marne

26 mai 1995

L’entreprise Quillery Environnement s’apprête à déverser dans la Marne plusieurs milliers de tonnes de gravats de démolition d’une usine de la région parisienne. Il s’agit selon le Conseil régional d’Ile de France et la mairie de Saint-Maur-des-Fossés de consolider les berges et de créer une promenade piétonnière de 1 km de long sur la rive droite de la rivière.

Selon l’article 28 du Code du domaine public fluvial et de la navigation intérieure :

« Il est interdit de jeter dans le lit des rivières et canaux domaniaux ou sur leurs bords des matières insalubres ou des objets quelconques, ni rien qui puissent embarrasser le lit des cours d’eau ou canaux ou y provoquer des atterrissements « .

Accumulés tout au long du quai du Petit Parc à St Maur, les déchets se composent essentiellement de bétons ferraillés, de tuyaux et de canalisations. Des entrepreneurs locaux et des particuliers viennent jour après jour y ajouter des détritus divers, des « monstres », baignoires, sacs de plastique, etc. Les riverains semblent ignorer que les arbres de la berge vont devoir être abattus pour faciliter l’immersion des gravats.

Alerté par l’association OSE (Organe de Sauvetage Écologique) et Mémoire Vive – Marne Verte, Robin des Bois demande l’arrêt immédiat des travaux, la publication des analyses de contrôle d’innocuité des déchets, et des analyses hydrauliques évaluant l’impact de cette emprise nouvelle – environ 5 mètres de largeur – sur le domaine fluvial de la Marne, notamment en période de crue.
 

 

 

 

Imprimer cet article Imprimer cet article