Les dernières nouvelles de l’ETP

3 sept. 1990

I – L’embargo des USA sur l’albacore

Le 28 août 1990, la justice américaine s’est prononcée pour un embargo sur tout le thon albacore en provenance des pays qui délibérément pratiquent l’encerclement des dauphins dans le cadre de la pêche au thon dans le Pacifique Est. Le Mexique, le Venezuela, Panama, l’Equateur et Vanuatu sont visés. Cet embargo découle du Marine Mammal Protection Act (MMPA) de 1972 et de ses amendements en date de 1984 et 1988 qui exigent des pays exportant de l’albacore vers les USA un taux de mortalité de dauphins par « set » (lancé de filet) qui ne dépasse pas le double du taux imposé aux bateaux américains pour l’année 1989. En outre, pour 1990, le taux de mortalité devrait être réduit à 1,25. En 1989, le nombre de dauphins tués par les USA est de 12.643, tandis que le chiffre officiel pour la flotte étrangère aux USA est de 84.336 (42% de plus qu’en 1988). L’embargo est entré en vigueur après un recours en justice de l’organisation écologiste « Earth Island Institute ». Cependant ce groupe préconise des dérogations si le thon est certifié « dolphin-safe ».

Nations intermédiaires
En plus de l’embargo direct, le MMPA exige que tous les pays intermédiaires exportant vers les USA du thon albacore ou des préparations de thon albacore interdisent l’importation de ces poissons et produits en provenance des pays directement sous embargo. Chaque gouvernement a un délai de 60 jours pour prendre sa décision et la notifier aux Etats-Unis (d’après le MMPA, les amendements de 1988, addendum (C) de section 101). Si les pays intermédiaires sont incapables d’appliquer cette clause, un embargo de ces pays entrera en application le 27 octobre 1990.

Extension de l’embargo sur le thon aux autres produits de la mer
En combinaison avec le MMPA, l’amendement Pelly (1971) au « Fishermen’s Protective Act » de 1967 prévoit un embargo sur tous les produits de la mer dans un délai de 6 mois après l’embargo sur le thon. Cet embargo sera applicable aux mêmes pays exportateurs aux USA qui n’auront pas réduit la mortalité des dauphins conformément aux règles du MMPA et à tous les pays intermédiaires important des pays sous embargo et exportant aux USA.

Et la France
Le 25 avril 1990, le « Groupe Thon » du Syndicat National des Conserveurs s’est engagé auprès de Robin des Bois à ne plus acheter de thon pêché sur les dauphins. Depuis lors et à notre connaissance, seule une compagnie a continué à acheter l’albacore en provenance du Venezuela et réputé avoir été pêché en mer des Caraïbes. Si la France continue à importer du thon d’un pays sous embargo (Venezuela), elle tombera sous le coup de l’embargo secondaire ou intermédiaire. En conséquence les exportations d’albacore depuis la France vers les USA seraient interdites, tandis que les exportations de listao pourront continuer. Par contre, si la France continue à importer de l’albacore du Venezuela, elle tomberait sous le coup de l’amendement Pelly et s’exposerait à des restrictions sur l’exportation vers les USA de tous les produits de la mer. Ces mesures pourraient entrer en vigueur dans un délai de 6 mois, et après l’approbation du gouvernement américain. Bien entendu, la décision de justice qui vient d’être prise est difficile à interpréter. Les conséquences que nous venons d’évoquer surviendront si elle est appliquée à la lettre (à noter qu’1/6 des exportations de thon congelé français est expédié aux Etats-Unis.)

 

II – Pour le moment, nous avons repéré du thon italien chez Monoprix et dans les épiceries de la région parisienne sous la marque « Caravelle » distribuée par Diapar.

 

 

 

 

Imprimer cet article Imprimer cet article