Le Port Autonome contre Port Lavigne

5 déc. 2005

Le Port Autonome de Nantes/Saint-Nazaire reçoit des pétroliers, des méthaniers, des engrais, des bois exotiques, des lots de ferrailles et des marchandises diverses. Il gère 30.000 hectares de terres fermes et 22.000 hectares de domaines maritime et fluvial. Par ses dragages incessants et toujours plus profonds, il provoque la sursalinisation de la Loire et digère en centre-ville en partenariat avec Nantes Métropole un bon nombre de sites pollués.

Port Lavigne, un hameau de Bouguenais a 75 habitants en hiver et 80 en été. Sa zone n’est pas industrielle, c’est une Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Floristique et Faunistique (ZNIEFF). Elle est aujourd’hui infirmée par des sablières qui s’étendent sournoisement au-delà de ce qui a été autorisé par l’arrêté préfectoral et menacée par de nouvelles activités logistiques ou industrielles. Le Port Autonome de Nantes/Saint-Nazaire a déjà marqué son territoire et dégradé la ZNIEFF de Port Lavigne et son système hydraulique avec une digue -prothèse de 800 m de long et de 20 m de large constituée de sables et de matériaux d’origine indéterminée.

Le Port a toujours considéré cette zone comme une poubelle. C’est là qu’il a caché pendant 3 années un bateau poubelle historique, l’Oscar-Jupiter.

Aujourd’hui, il importe que tous les acteurs du grand jeu de l’urbanisation nantaise et de l’aménagement de l’estuaire de la Loire prennent leurs responsabilités. Au premier rang de celles-ci se situe, parmi d’autres, la protection de la biodiversité et d’espèces ornithologiques ou végétales attachées à la ZNIEFF de Port Lavigne, comme le râle des genets et la fritillaire pintade. Il est temps aussi de redonner aux étiers leur plein emploi de régulateurs du cours du fleuve.

C’est pourquoi l’association Robin des Bois soutient l’action du collectif des habitants de Port Lavigne qui en convergence avec les élus de Bouguenais entendent ne rien céder de « la vallée de Bouguenais, un vaste espace de 260 hectares reconnue zone d’intérêt pour la conservation des oiseaux ». (janvier 2004. Service Communication de la ville de Bouguenais. Escapades n°7 : La Vallée). Le seul avenir possible pour la ZNIEFF, c’est de l’agrandir.

Le Port Autonome de Nantes/Saint-Nazaire a par ailleurs sous sa responsabilité des terrains dénaturés par des dépôts de boues de dragage à l’est de Paimboeuf. Ce serait, en aval de Nantes, un légitime terrain d’extension portuaire induisant une diminution des dragages de la Loire et de leurs impacts négatifs.

 

Imprimer cet article Imprimer cet article