Le Mondial du braconnage et de la contrebande

2 févr. 2017

« A la Trace » n°15
Bulletin d’information et d’analyses sur le braconnage et la contrebande d’animaux
1er octobre – 31 décembre 2016
670 évènements, 455 sources
122 pages illustrées – 6 Mo
http://www.robindesbois.org/wp-content/uploads/A_LA_TRACE_15.pdf

Poisson-ange-empereur juvenile

Poisson-ange empereur juvénile, p. 16-17 © Dennis Polack – FishWise Professional

Le gouvernement indien a publié un guide de cohabitation entre les léopards et les populations. Sur plus de 3 millions de km2, l’Inde héberge 1,3 milliard d’habitants et 10.000 à 12.000 léopards. 30 à 40 accidents mortels suite à des attaques se produiraient chaque année. Le guide étudie tous les moyens de réduire les conflits, donne toutes les clefs du comportement du léopard et donne des instructions claires aux services forestiers. Ne pas tuer, au pire anesthésier. Au contraire le parlement français vient de renforcer la capacité légale de tuer les loups. Il y en a environ 300 sur 550.000 km2. Des élus déchaînés emmenés par Messieurs Accoyer et Wauquiez ont organisé une battue aux loups et aux ours dans les travées de l’Assemblée nationale. Le Sénat a lui aussi été pris d’assaut par des lieutenants de louveterie. Les verbatim sont accablants. Rien sur les contributions positives des loups. Le mot d’ordre est de les éradiquer comme si le loup était une maladie. Cf. page 58 et pages 72-73.

Les rumeurs toujours renouvelées stimulent le braconnage. En Inde, l’opération de démonétisation des anciens billets de 500 et 1000 roupies a suscité une nouvelle « magie noire » dans le Madhya Pradesh. Les pattes de tigres associées à des paroles rituelles permettraient d’acquérir vite des nouvelles coupures et de s’enrichir. Une recrudescence du braconnage des tigres a été constatée. Toutes les carcasses retrouvées par les services forestiers étaient amputées des 4 pattes. Cf. page 62.

Un nouveau modus operandi est en vogue entre l’Afrique et l’Asie. Des écailles de pangolins, de l’ivoire et des poils d’éléphants sont mélangés à du sable, des résines, du plâtre à l’intérieur de bois creux analogues en poids, en longueur et en aspect à des bois sciés. Cf. page 98.
Une nouvelle ruse est mise à jour : des petits félins sauvages sont transportés dans des paniers de transport pour chats par des passagers aériens. Cf. page 67.
La filière « tailleur », des gilets, vestes et pantalons spécialement aménagés pour transporter des oiseaux vivants, de l’ivoire et de la corne de rhino reste à la mode. Cf. pages 35 et 99.

Les fêtes de fin d’année sont toujours propices au braconnage et à la contrebande :
– pour déguster. Deux saisies importantes en Italie d’espadons, de coquillages et de milliers d’oiseaux protégés mettent en évidence l’influence néfaste des fêtes traditionnelles. Cf. pages 9 et 39.
– pour offrir. 2 tonnes de coraux et 25.000 poissons tropicaux d’aquarium ont été saisis à l’aéroport de Rome en provenance d’Indonésie et de Singapour. Cf. pages 16-17.
Sur le terrain, des braconniers voient, souvent à tort, dans les périodes de fêtes une opportunité pour s’infiltrer dans les réserves et les parcs en profitant de la réduction des effectifs des gardes et de la surcharge de travail des forces de l’ordre. Cf. pages 83, 89 et 103. En Afrique du Sud le 29 décembre 2016, les braconniers se sont acharnés sur un rhinocéros qui avait été décorné préventivement 5 mois auparavant. Un meurtre pour un chicot de corne. Cf. page 83.
Le bilan 2016 est de 1102 rhinocéros tués en Afrique du Sud. Il était de 13 en 2007.

L’âne sauvage d’Afrique (Equus africanus) est en Annexe I de la CITES*. Le commerce international est interdit. Son cousin domestique fait depuis peu à travers toute l’Afrique les frais d’une chasse frénétique. La peau de l’âne est très recherchée en Chine pour en extraire l’Ejiao, une gélatine « miracle » qui fortifie, donne de l’énergie sexuelle et rend belles les femmes. Les ânes domestiques sont en voie de disparition en Chine. La filière Ejiao, 100 ateliers dans la province de Shandong, se tourne vers l’Afrique et au-delà pour trouver de la matière première. Robin des Bois a approché l’Union Africaine, son comité pour l’Economie Rurale et l’Agriculture ainsi que des ministres africains de l’agriculture pour qu’ils se saisissent en urgence du problème et adoptent des mesures communes et strictes interdisant l’exportation des ânes domestiques et renforçant encore la protection des ânes sauvages. Cf. page 119.

* Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction

 

 

V2

 

 

 

 

Imprimer cet article Imprimer cet article