- Robin des Bois - http://www.robindesbois.org -

Le casse tête Nintendo

Considérant les incertitudes posées par la commercialisation de la console de jeux Nintendo 3DS et les risques sanitaires génériques ou spécifiques pour certaines populations à risques de la technologie 3D, l’association agréée de protection de l’Homme et de l’environnement Robin des Bois a saisi fin janvier l’Anses – l’Agence Nationale de SEcurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail -. Cette saisine a été jugée recevable et une copie en a été transmise aux ministères de tutelle de l’Anses.

L’Anses rendra dans un délai de quelques mois un avis sur les effets sanitaires des technologies 3D appliquées aux écrans du quotidien : téléviseurs, téléphones portables et consoles de jeux. Cet avis portera aussi sur la technologie récente employée par Nintendo.

Les risques à ce jour connus sont les maux de tête, les nausées, une séquence de vision floue après « l’immersion », la perturbation du développement du système visuel chez les enfants, la vulnérabilité particulière des populations sujettes à l’épilepsie et au strabisme.

Les recommandations associées à la commercialisation de la 3DS manquent de lisibilité et de clarté. Elles ne sont pas opérationnelles. Demander à un enfant de « cesser de jouer immédiatement s’il se sent mal ou malade » est un appel illusoire. L’évaluation du mal être, des malaises, des troubles en l’occurrence visuels et des limites à ne pas franchir est une notion personnelle et subjective très incertaine pour les enfants.

Nintendo France n’a pas répondu aux sollicitations de Robin des Bois souhaitant être destinataire des documents scientifiques qui ont amené la représentation en France de l’industriel japonais à recommander des restrictions d’usage seulement pour « les enfants âgés de 6 ans ou moins ».

Aux Etats-Unis, Nintendo a trouvé un allié auprès d’un groupement d’optométristes. Ils considèrent que l’usage de la 3DS est un bon moyen de dépister les déficiences visuelles. A entendre les commentaires des journalistes cobayes, tous les usagers pourraient être des déficients visuels tant est long le temps d’adaptation aux manettes et à l’écran de la 3DS.

Et puis la consultation de Nintendo coûte en France 249,99 euros et n’est pas remboursée par la sécurité sociale.

 

Voir à ce sujet :
Avis ANSES du 13 juillet 2011. http://www.anses.fr/Documents/AP2011sa0025.pdf
Avis ANSES du 1er juillet 2014. https://www.anses.fr/fr/system/files/AP2011sa0334Ra.pdf [1]