- Robin des Bois - http://www.robindesbois.org -

Lapte (43) : un village en danger

Lapte est menacé par une invasion de déchets plastique en attente de recyclage. L’entreprise Renon dysfonctionne. Elle collecte beaucoup et elle recycle peu. Depuis 3 ans, la gendarmerie, la sous-préfecture, les services de la DREAL, et les associations « Vivre à Oudreyche » (un lieu-dit cerné par les déchets) et Robin des Bois s’inquiètent des surstockages de balles de plastique. Les plastiques à recycler envahissent la voirie et les parcelles voisines.

Le cumul des déchets de plastique, des papiers et des stocks de la cartonnerie contiguë font peser sur l’habitat pavillonnaire, le village de Lapte et les activités agricoles un risque majeur d’incendie.

Photo1-Lapte-robindesbois-2014 [1]
Droits Réservés
Photo2-Lapte-robindesbois-2014 [2]
Droits Réservés
Photo3-Lapte-robindesbois-2014 [3]
Droits Réservés
Photo4-Lapte-robindesbois-2014 [4]
Droits Réservés

L’entreprise Renon a été mise en demeure dès 2010 de réduire son impact sur l’environnement, de supprimer le débordement des entreposages, de maitriser les risques d’incendie, de libérer la voie publique.

Malgré les mises en demeure et les mises en garde, malgré les négociations et les facilitations en vue du transfert de l’entreprise dans une zone artisanale voisine immédiatement disponible, l’entreprise poursuit ses activités. Elle est en difficultés financières. Sauf une intervention impérieuse des services de l’Etat, Lapte s’oriente vers une catastrophe environnementale et financière.

Robin des Bois demande la suspension de l’activité et le transfert des milliers de tonnes de plastique vers une usine qui aura les capacités techniques et financières d’en assurer régulièrement le recyclage ou à défaut vers un incinérateur pour valorisation énergétique.

Un transformateur électrique à pyralène a été déclaré en 1987 sur cette « zone » industrielle. Robin des Bois n’a pas la preuve qu’il ait été remplacé.

En France, les filières de recyclage des déchets sont trop souvent archaïques. Très fortes pour capter les subventions de l’Etat ou des régions, elles manquent de culture technique, de moyens financiers propres et se montrent généralement incapables de faire autre chose que du regroupement et de l’exportation de déchets et au bout du compte de la faillite et du risque sanitaire.

* * *

Contacts:

« Vivre à Oudreyche »
vivre.a.oudreyche@gmail.com

DREAL UT Haute-Loire
04-71-06-62-30

Mairie de Lapte
04-71-59-37-45