La Pêche au thon sur les dauphins dans le Pacifique Est

12 sept. 1990

Le problème
Depuis 30 ans, dans le Pacifique Est, la pêche industrielle au thon albacore se fait « sur les dauphins ». Pour une raison indéterminée, cette région est la seule de l’océan mondial où les thons en matte nagent systématiquement sous les dauphins.
Les dauphins sont repérés, encerclés, épuisés, immobilisés, puis pris dans les filets en même temps que les thons. Ainsi, depuis 1960, environ 7 millions de dauphins sont morts noyés ou blessés. Ce sont essentiellement des bateaux de pêche américains ou latino-américains.

La position prise par la France
Le 21 avril 1990, relayant l’action entreprise aux Etats-Unis par « Earth Island Institute » dès 1988, Robin des Bois a mis en demeure tous les conserveurs français  de ne plus acheter du thon albacore en provenance du Pacifique Est. Réunis en Assemblée Générale le 25 avril, les conserveurs français à l’unanimité (aux Etats-Unis, seul Starkist a accédé effectivement à la demande des écologistes) ont accepté la demande urgente de Robin des Bois.

La France achetait plus ou moins 12.000 tonnes par an d’albacore du Pacifique Est et ses intérêts sont très loin d’être négligeables dans le domaine puisque l’île de Clipperton est située en plein milieu de la zone de pêche et qu’elle est sous souveraineté française. Le Ministère de la Mer n’a jamais exclu d’y envoyer les senneurs français qui opèrent pour le moment dans les océans Indien et Atlantique.

L’Europe
Pour le moment en Europe, l’Espagne s’est prononcée pour un embargo partiel sur le thon du Pacifique Est. Seule l’Italie, 3ème gros pays conserveur européen, continue à acheter le thon albacore du Pacifique Est dont les cours ont très sensiblement baissé. Les achats italiens font craindre un déséquilibre sur le marché européen. D’ailleurs, pour éviter que le cours du thon ne s’établisse au-dessous du prix de référence communautaire, la Commission de Bruxelles pourrait décider un embargo sur tout le thon non pêché par les flottes européennes.

Une recommandation
Mais par-delà toutes ces péripéties commerciales, Robin des Bois, en tant qu’association écologiste, constate des chiffres terribles : en 1989, pour pêcher 300.000 tonnes de thon, les flottes dans cette zone ont tué officiellement 96.174 dauphins. En conséquence, Robin des Bois recommande aux Parlementaires Européens de se prononcer pour un embargo total du thon du Pacifique Est tant que les pays pêcheurs n’auront pas mis au point et appliqué des méthodes de pêche éliminant les prises intentionnelles de dauphins et évitant systématiquement leur harcèlement.

 

 

 

 

Imprimer cet article Imprimer cet article