La déferlante teck

17 avril 2001

De Birmanie, d’Indonésie, du Costa-Rica ou d’Afrique de l’Ouest, vrai et faux teck déferlent dans les catalogues de la grande distribution avec tout le cynisme du marketing. Mais qu’il provienne des forêts de Birmanie, de plantations indonésiennes voire africaines, le teck n’est pas « un décor écolo » comme le proclame Carrefour. C’est un désastre social et environnemental.

En Birmanie l’ouverture des routes de débardage en forêt profonde à partir de 1996 a permis au régime militaire de renforcer la répression contre les minorités ethniques. Les transports de grumes de teck destinées à la fabrication de lames de parquet, de parasols et de meubles de jardin croisent les convois militaires. Les arbres sont coupés dès l’âge de 30 ans, empêchant la régénération des peuplements. Plus d’1 million de m3 de bois de teck sont exportés chaque année. La déforestation -de 800.000 à 1 million d’hectares par an- est une des plus élevées au monde.
« Le teck prend l’air » selon Auchan, en fait il prend surtout la fuite: le trafic des grumes entre la Thaïlande, le Laos et la Birmanie emprunte les mêmes voies -parfois les mêmes filières- que les cargaisons d’héroïne sortant du Triangle d’or. Les peuplements de teck du parc national de Sri Lanna et de la réserve forestière de Chiang Dao, en Thaïlande à la frontière de la Birmanie, sont pillés par des exploitants clandestins avides de prendre leur part dans la déferlante.
En Indonésie les plantations de teck contrôlées elles aussi par des filières militaires subissent une pression intensive pour répondre aux besoins sans cesse croissants des réseaux de distribution européens. Les coupes illégales de bois sont maintenant supérieures en volume aux coupes autorisées. Les arbres sont abattus trop jeunes, l’avenir de ces plantations est compromis. Pour répondre aux commandes, du teck de Birmanie et de Thaïlande est importé illégalement, bénéficiant ainsi de l’appellation « de plantation » censée garantir une gestion durable.
En Afrique de l’Ouest, les quelques plantations de teck (Tectona grandis) en Côte-d’Ivoire ou au Nigéria produisent surtout des certificats de complaisance destinés à camoufler le trafic d’assamela / afrormosia (Pericopsis elata), appellé « teck d’Afrique » ou « teck du pauvre » à cause de son aspect et de ses caractéristiques techniques similaires pour un prix inférieur. Classé en annexe II de la Convention de Washington et donc soumis à des quotas d’exportation et d’importation afin de protéger la ressource, l’assamela peut circuler sans contrôle sous l’appellation « teck ».

« Chez nous la vie est belle » affirme Ikea pour présenter meubles et accessoires en teck dans son catalogue de printemps 2001. Cette année encore en France, confort et exotisme à bon marché se conjuguent pour contribuer, en chaise longue, à la disparition des dernières forêts d’Asie du sud-est et d’Afrique.

Imprimer cet article Imprimer cet article