Gavage expérimental à l’hydrogène

14 juin 2016

C’est pour le bien de tous. Attention, le docteur Ox de Jules Verne* revient dans les Flandres. A la solde d’ENGIE (ex-Gaz de France), du CEA, d’AREVA et de la Communauté urbaine de Dunkerque, il s’apprête à injecter un mélange d’hydrogène et de gaz naturel dans le réseau d’un lotissement en construction sur la commune de Cappelle-la-Grande.

Le monde de l’énergie devient de plus en plus autoritaire et intrusif. Avec les compteurs Linky et Gazpar et maintenant l’injection d’un mélange d’hydrogène / gaz naturel dans les domiciles, les gazinières et les chauffe-eau, le clan énergétique prend de plus en plus ses clients pour des cobayes et des obligés.

L’expérience qui devrait durer 3 ans vise à mesurer l’étanchéité des canalisations et la résistance des vannes, des robinetteries, des appareils domestiques à ce mélange inédit, corrosif, plus inflammable et explosif que le gaz naturel dont la distribution dans le secteur habitat tue en France et en moyenne 10 personnes par an et en blesse 120. L’expérimentation devrait permettre de déterminer si l’hydrogène entre la station de synthèse et chacun des foyers tests peut dans certaines circonstances comme l’arrêt de la consommation et dans certains lieux comme les tuyauteries verticales se séparer du gaz naturel et former des poches ou des strates inflammables et explosives.

L’autre objectif du programme dont le coût dépasse 15 millions d’euros d’argent privé et public est de mesurer l’acceptabilité sociale du mélange détonant. Les docteurs Ox de Gaz de France et de la Communauté urbaine de Dunkerque accèdent ici au sommet de leur art. En plus des 103 logements naturellement sociaux, l’expérience alimentera l’Etablissement Public de Santé Mentale des Flandres. Les expérimentateurs attachent beaucoup d’importance à l’observation du comportement de la chaudière à gaz de cet établissement sensible dont les usagers ne risquent pas d’initier d’intempestives pétitions de protestation.

L’injection d’hydrogène dans les réseaux de gaz combustible ne fait l’objet d’aucun retour d’expérience connu. Gaz Réseau Distribution France pourrait être amené pour des raisons de sécurité à restreindre la liste des appareils utilisables dans chaque foyer pendant l’expérimentation.

Le projet d’arrêté « autorisant GRDF à injecter à titre expérimental un mélange composé de gaz naturel et d’hydrogène dans le réseau de distribution de gaz de la commune de Cappelle-la-Grande sur le territoire de la communauté urbaine de Dunkerque » a été approuvé à la quasi unanimité par le Conseil Supérieur pour la Prévention des Risques Technologiques dans sa séance du 31 mai.

« Tant pis pour eux, répondit le docteur Ox.
C’est dans l’intérêt de la science. Que diriez-vous si les chiens ou les grenouilles se refusaient aux expériences de vivisection ?
Il est probable que si l’on consultait les grenouilles et les chiens, ces animaux feraient quelques objections aux pratiques des vivisecteurs.
Le docteur Ox croyait avoir trouvé là un argument irréfutable car il poussa un vaste soupir de satisfaction. »


* Notes :

– « Une fantaisie du docteur Ox » est une nouvelle de Jules Verne, peut-être une de ses œuvres les plus visionnaires. Dans les Flandres, le scientifique et ses assistants veulent tester un gaz oxy-hydrique pour faire le bonheur des gens…
– La région Hauts-de-France se veut la championne de l’ère hydrogène sous l’impulsion de Jeremy Rifkin, son coach en énergie et sous le patronage d’Air Liquide. Dans un premier temps, l’ambition est de fabriquer de l’hydrogène à partir des surplus électriques de l’offshore éolien et de l’injecter dans le réseau public.

 

Imprimer cet article Imprimer cet article