Incendie d’Achères Seveso seuil haut : Paris lave plus sale

23 oct. 2019

Rappel du communiqué du 9 juillet 2019

L’incendie survenu le 3 juillet 2019 dans la STEP (Station d’Epuration des eaux usées) d’Achères au niveau des cuves de stockage de chlorure de fer est le 11ème accident sur site depuis le 10 avril 2017.

Achères est la plus grande station d’épuration d’Europe et aussi la plus accidentogène. Les incendies, fuites et rejets de méthane se succèdent.

En 2018, la station d’épuration d’Achères a subi 4 mises en demeure du Préfet pour non conformités à la réglementation, notamment pour le manque de contrôle des tuyauteries et soudures du site.

Ces mises en demeure ne sont pas toujours suivies d’effets comme en témoigne l’astreinte pécuniaire qui a été prononcée par le Préfet des Yvelines fin janvier 2019.

En fonctionnement normal, les eaux partiellement assainies sont rejetées dans la Seine. L’indisponibilité transitoire de la STEP arrive au plus mauvais moment. La Seine est en période d’étiage et les égouts de l’ouest parisien reçoivent cet été de lourdes charges de poussières de plomb consécutives à l’incendie de Notre-Dame de Paris. Achères en est le réceptacle principal. Le fonctionnement dégradé d’Achères entraîne le rejet d’eaux brutes dans la Seine. Des milliers de poissons flottent aujourd’hui les nageoires en l’air.

La STEP d’Achères est à 20 km en aval de Paris. Elle est exploitée par le SIAAP (Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne). Elle traite 1,5 million de m3 d’eaux usées par jour provenant de 5 millions d’habitants de Paris, de Seine-Saint-Denis, des Yvelines, des Hauts-de-Seine et du Val-d’Oise (300 litres par jour par habitant). Le siège du SIAAP est établi à Paris dans le 12ème arrondissement. Le conseil d’administration du SIAAP est composé de 33 conseillers départementaux, 12 issus de la ville de Paris, 7 de chaque département adhérent (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne).

La station d’épuration d’Achères est une usine Seveso seuil haut. 43 ans après l’accident technologique survenu dans une filiale d’Hoffmann-Laroche à Seveso dans le nord de l’Italie (12 juillet 1976), ce nouvel incendie chloré démontre une fois de plus qu’en Île-de-France et en France les MMR (Mesures de Maîtrise des Risques) sont insuffisantes ou anéanties par les négligences dans les usines ou entrepôts qui mettent en œuvre ou stockent des matières dangereuses.

 

 

 

 

Imprimer cet article Imprimer cet article