Des bonnes nouvelles de Libye

11 avril 2016

Les douaniers viennent de saisir dans un minibus et dans un poids lourd un total de 1700 tortues de Kleinmann (Testudo kleinmanni). Ces 2 saisies sont les premières observées en Libye depuis la publication en juillet 2013 de « A la Trace » n°1, le journal de Robin des Bois consacré au braconnage et à la contrebande d’espèces animales menacées. Elles prouvent que malgré le chaos politique et social, la faune sauvage n’est pas entièrement livrée aux trafiquants et aux milices. Les 2 véhicules se dirigeaient vers l’Egypte. Les premiers constats montrent que les 200 tortues dans le minibus ont été collectées dans le désert au sud de Tripoli. Les 1500 retrouvées dans 18 sacs à l’intérieur du camion ont été collectées au sud de Benghazi.

Testudo-kleinmanni_robin-des-bois
Testudo kleinmanni, Annexe I de la CITES* © Bibliotheca Alexandrina

La tortue de Kleinmann compte parmi les plus menacées des tortues terrestres. Son aire de répartition comprenait naguère la Libye et l’Egypte. Elle est aujourd’hui portée disparue en Egypte à l’exception de quelques individus isolés. Ses derniers habitats connus sont les déserts côtiers de la Tripolitaine à l’ouest et de la Cyrénaïque à l’est du pays. Elle a besoin de l’humidité venant de la Méditerranée. Les jours de chaleur torride ou pendant les nuits froides, elle s’enterre dans les terriers délaissés des petits mammifères. Elle est végétarienne mais se nourrit en cas de nécessité d’insectes ou d’excréments des rongeurs du désert. La tortue de Kleinmann femelle pond un à 5 œufs, l’incubation dure 20 jours. Adaptée aux déserts de sable, elle bénéficie d’un camouflage quasi militaire qui hélas ne suffit à l’écarter du marché international des animaux de compagnie. Un spécimen se vend entre 700 et 1000 US$.

 

Voir aussi :
« A la Trace » n°11 (pdf. 100 p. – 6,8 Mo)

* Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction

 

 

Imprimer cet article Imprimer cet article