- Robin des Bois - http://www.robindesbois.org -

Décharge d’Auquemesnil, Petit-Caux

Petit-Caux – Seine-Maritime (76)
Réponse de la Mairie au questionnaire de Robin des Bois

 

1- Quel est l’historique de l’ancienne décharge ? (Date d’ouverture et de fermeture, incendies, inondations, événements exceptionnels…)
L’UTOM sise à Auquemesnil est une décharge autorisée couplée à une usine de valorisation de compost.
– Arrêté préfectoral du 26 mars 1984 autorisant l’exploitation de l’usine de compostage d’Auquemesnil.
– Arrêté préfectoral du 7 janvier 2002 apportant les prescriptions complémentaires relatives à la mise en conformité du centre de stockage des refus de compostage des déchets ménagers et assimilés et relatives à l’aménagement d’un  nouveau casier.
Ouverture en 1984 et fermeture en 2006. Aucun incident pendant l’exploitation.

2- Avez-vous des informations sur le volume, le tonnage et la nature des déchets ?
Les seules informations en notre possession sont les tonnages, entre 2002 et 2006, où 89.000 tonnes d’ordures ménagères sont entrées sur le site.

3- A votre avis, la sensibilisation de vos administrés à la fermeture de la décharge a-t-elle été suffisante ?
Aucun, car cette installation ne reçoit que des ordures ménagères collectées pour le compte de SIVOM ou de communes.

4- Les déchets ont-ils été transférés ? Si oui, où ?
Non

5- S’ils sont restés sur place, quelles mesures techniques ont été entreprises pour mettre en sécurité, aménager et réhabiliter la décharge ?
L’installation permettait de séparer les matières organiques, afin de les valoriser en compost. Les déchets non fermentescibles étaient enfouis dans des casiers étanches. Aujourd’hui, nous assurons le suivi de ces casiers en pompant les lixiviats et en traitant le biogaz. Le site s’est végétalisé naturellement, aucun déchet n’est visible.

6- Quel a été le coût de la réhabilitation du site et qui a financé ?
Nous avons réalisé une étude et nous estimons que 150.000 euros HT seront nécessaires afin d’achever la réhabilitation du site.

7- Que sont devenues les parcelles occupées par la décharge ?
Les parcelles sont toujours sur la propriété de notre commune

8- Il y a-t-il un suivi d’éventuelles pollutions ? (Eaux souterraines, biogaz…)
Pompage des eaux souterraines, celles-ci sont envoyées dans des installations de traitement.
Nous avons une installation collectant le biogaz. Une torchère est sur site pour en assurer l’élimination.

9- Est-ce que les parcelles concernées sont exposées à une inondation, à une érosion ou à un incendie de surface ?
Non

10- Cette ancienne décharge nuit-elle au développement de votre commune ?
Non, celle-ci se situe dans une zone non habitée.

11- Observez-vous aujourd’hui une résurgence des dépôts clandestins sur votre territoire ?
Non