- Robin des Bois - http://www.robindesbois.org -

Concombres de mer : la CITES s’intéresse aux sans-grades

CITES CoP18 – Communiqué n°3
Genève – 14h59

Après 17 ans de discussions, de pillage et de contrebande, trois premières espèces de concombres de mer viennent ce matin d’être inscrites en Annexe II de la CITES afin de contrôler leur commerce international : les holothuries à mamelles. Présentes dans les océans Indien, Pacifique et en Mer Rouge, ces espèces caractérisées par des petites protubérances appelées mamelles vivent dans les eaux peu profondes d’où elles sont facilement extraites pour être éviscérées, cuites, séchées, salées ou congelées et commercialisées sous le nom de bêches-de-mer. Elles sont principalement consommées frites, en sauce ou en soupe en Chine continentale et à Hong Kong, à Taïwan, Singapour, en Corée et en Malaisie.

Holothurie blanche à mamelles

Les holothuries à mamelles sont parmi les espèces de concombres de mer les plus recherchées tout simplement parce qu’elles se vendent cher, jusqu’à 400 US$/kg. Le déclin des populations conduit les pêcheurs à plonger de plus en plus loin pour les capturer et les accidents mortels sont de plus en plus fréquents. Les pays-membres de la CITES contribueront dorénavant à protéger ces espèces clefs pour les herbiers, les lagons et les récifs coralliens. La proposition présentée par l’Union Européenne, les États-Unis, le Sénégal, le Kenya et les Seychelles a été soutenue par le Chili et l’Australie. Tonga, les Iles Salomon et la Papouasie Nouvelle-Guinée ont signifié leur opposition de même que la Chine qui a estimé que la principale menace subie par les concombres de mer est le réchauffement climatique et non pas le commerce. Elle a demandé un vote à bulletin secret.
La proposition a été acceptée par 108 voix pour, 30 contre et 7 abstentions avec un délai de 12 mois avant l’entrée en vigueur de l’Annexe II.

Il est souvent reproché à la CITES et aux ONG de ne s’occuper que des animaux puissants et charismatiques ; les holothuries à mamelles étaient les candidates idéales pour prouver le contraire. A l’avenir, Robin des Bois souhaite que d’autres espèces de concombres de mer soient prises en compte par la CITES.

Ce matin, les requins-taupes bleus (makos), les raies-guitares et 10 autres espèces de raies ont également fait leur entrée à l’Annexe II de la CITES.

 

Voir également
« La bourse du vivant » [1], communiqué CITES CoP18 n°1 du 16 août 2019.
« Pour en finir avec les concombres de mer » [2], « A la Trace » n°4, p.107 (pdf).