- Robin des Bois - http://www.robindesbois.org -

Chronique d’un naufrage évité

Le 17 août 2016, Robin des Bois a alerté la ministre de l’Ecologie sur la présence à Thourotte de la péniche La Toison d’Or pleine de déchets d’hydrocarbures sur l’Oise en amont de Compiègne.

1-toison-d-or-robin-des-bois [1]
2-toison-d-or-robin-des-bois [2]

Eté 2016 http://latoisondor-oise.tumblr.com/ [3]

Cette épave abandonnée depuis une vingtaine d’années était instable et menaçait de chavirer. Une partie des cales était colonisée par des arbustes et des herbes folles. Robin des Bois avait été informé par une riveraine inquiète des irisations sur la rivière et des risques d’engluement des martins-pêcheurs et des batraciens.

3-toison-d-or-robin-des-bois [4] 4-toison-d-or-robin-des-bois [5]

Eté 2016 http://latoisondor-oise.tumblr.com/ [3]

Le 19 août 2016, Madame Royal donne des instructions immédiates au président de l’ADEME pour que les fûts d’hydrocarbures soient retirés au plus vite de La Toison d’Or.

Après un appel d’offres en procédure d’urgence, le marché de sécurisation et d’assainissement de l’épave a été attribué à Serpol assisté de Bibaut Environnement spécialisé dans les travaux aquatiques.

A la mi-octobre 2016, les travaux préparatoires ont commencé sur les berges et la coque a été inspectée par des plongeurs scaphandriers.
Ils se sont poursuivis par les précautions anti-marée noire, la consolidation de l’amarrage et la stabilisation de la péniche.

5-toison-d-or-robin-des-bois [6]

3 novembre 2016 © Robin des Bois

Courant novembre, les eaux souillées par des hydrocarbures ont été pompées et la salle des machines a été pompée. Les fûts fuyards ou en état de corrosion avancée ont été extraits avec précaution. Les déchets, après analyses, ont été éliminés.

6-toison-d-or-robin-des-bois [7]

18 novembre 2016 © Robin des Bois

A la mi-décembre, fin des travaux. Le bilan de la cargaison dangereuse est de 156 fûts de 200 litres de fioul lourd, de 3 à 5 m3 de boues et de 45 à 70m3 d’eaux polluées aux hydrocarbures.

Le 22 décembre 2016, La Toison d’Or a été déplacée par un pousseur jusqu’à l’île Jean Lenoble sur la commune de Janville. Cette dernière opération à risque s’est bien déroulée.

7-toison-d-or-robin-des-bois [8]

Départ de Thourotte, 22 décembre 2016 © Robin des Bois

8-toison-d-or-robin-des-bois [9]

Arrivée à Janville, 22 décembre 2016 © Robin des Bois

 

9-toison-d-or-robin-des-bois [10]

Accostage à Janville, 22 décembre 2016 © Robin des Bois

L’opération de dépollution a coûté 650.000 euros. Elle a été financée par les fonds publics de l’ADEME. Trois visites ont été organisées par la sous-préfecture de Compiègne à chaque étape importante du chantier. Le sous-préfet a par ailleurs informé toutes les parties intéressées d’un incident mineur survenu le 24 novembre 2016, à savoir le déversement de quelques litres sur le terre-plein de regroupement des déchets situé sur la commune du Plessis-Brion en face de Thourotte sur l’autre berge de l’Oise.

A défaut d’intervention d’urgence, La Toison d’Or aurait tôt ou tard en période de crue et d’inondation répandu dans l’Oise, affluent de la Seine, une marée noire nuisible pour la biodiversité aquatique et la santé publique. Le coût de la dépollution aurait été au bas mot dix fois supérieur et les résidus de fioul lourd auraient contaminé de manière durable l’écosystème fluvial.

Après la procédure d’abandon de la péniche et son transfert de propriété à VNF (Voies Navigables de France), un appel d’offres sera lancé pour le « déchirage » règlementaire de l’embarcation. Un diagnostic préalable lèvera le doute sur la présence d’amiante et d’autres matériaux toxiques.

 

A lire aussi au sujet de La Toison d’Or :
Sauvetage de La Toison d’Or [11], 10 octobre 2016
La marée noire de La Toison d’Or [12], 16 août 2016