Risques industriels

Personne n’est à l’abri. Un avion peut s’écraser chez vous, un chimiquier ou des conteneurs toxiques s’échouer sur la plage que vous aimez. Les entrepôts flottants ou terrestres prennent feu. Les camions de matières dangereuses entrent en collision ou basculent dans la rivière. Les décharges ou les stocks de déchets à recycler prennent feu ou sont inondés. Sur le long terme, les conséquences sanitaires, environnementales et psychologiques de ces faits divers tragiques ne sont pas suivies ni maîtrisées.

21 septembre: 10h17

20 sept. 2002

A Toulouse, les causes de l’explosion instantanée du nitrate d’ammonium stocké dans le hangar 221 d’AZF ne sont pas élucidées. L’accumulation des vétustés et négligences, chez AZF, mise en avant par les enquêteurs ne suffit pas à expliquer la catastrophe. Ce sont des éléments de contexte qui n’ont, jusqu’à preuve du contraire, aucune influence sur l’origine des faits. C’est dans l’ensemble de la plate-forme chimique que doivent s’orienter les investigations et les recherches d’explication, notamment dans les sols, sous-sols, bras morts de la Garonne, et dans le domaine du transport et de la production d’électricité. En attendant de connaître la vérité – et pas cette vérité unique sur la responsabilité d’AZF, déroulée une heure à peine après la catastrophe et ressassée sans relâche depuis un an – toute activité industrielle même stratégique comme la fabrication à la SNPE des carburants pour l’industrie spatiale et militaire doit être suspendue.

Lire la suite

Trafic d’acide à Calais

16 avril 2002

Le Ievoli Sun et le Balu n’ont pas suffi. Le premier a coulé dans la Manche avec 4.000 tonnes de styrène, le second a coulé au large du Golfe de Gascogne avec 6.000 tonnes d’acide sulfurique. C’était le 31 octobre 2000 et le 20 mars 2001.

Un autre chimiquier venu charger de l’acide sulfurique est immobilisé depuis plusieurs jours par les Affaires Maritimes dans le port de Calais. Dès son entrée le 8 avril, il a attiré l’attention des observateurs portuaires. Il était précédé par une mauvaise réputation et scruté par les Affaires Maritimes, qui n’ont cependant pas entrepris d’inspection lors de son arrivée. Des fuites sont survenues en cours de chargement au niveau des tuyauteries et vannes de pompage. Ces opérations ont été interrompues. Une inspection a eu lieu. Il a été décidé en fin de semaine dernière de vider le navire des 2.000 tonnes d’acide sulfurique déjà embarquées.

Lire la suite

AZF – SNPE Toulouse

11 avril 2002

La fermeture définitive de l’usine AZF de Toulouse ne résout pas le problème des origines et responsabilités de la catastrophe survenue le 21 septembre 2001 sur la plate-forme chimique. L’hypothèse la plus plausible relève d’une anomalie dans le transport et la distribution d’électricité sur l’ensemble de la plate-forme. L’arc électrique proviendrait des transformateurs ou de la centrale électrique de la SNPE. Il pourrait avoir été aggravé par des déchets liquides, solides ou gazeux enfouis dans les sols ou sous-sols de ce complexe industriel et militaire historique. Sans pouvoir tirer de conclusions définitives en l’état des informations disponibles, l’association Robin des Bois recommande que toutes les études de dangers portant sur des usines ou des groupes d’usines assujettis à la directive Seveso prennent en compte les risques électriques, les pollutions des sols et sous-sols et les risques des sources scellées radioactives couramment utilisées dans l’industrie chimique. La fermeture de l’usine de Toulouse va entraîner dans tout le sud-ouest de la France une multiplication des transports routiers et maritimes de nitrate d’ammonium.

Lire la suite

Toulouse: pôle chimique ou pôle électrique ?

18 déc. 2001

Après les hypothèses fantaisistes sur le nitrate d’ammonium pollué par des feuilles mortes, des déchets de plastique, ou mis en explosivité par le bitume du hangar 221, les techniciens considèrent aujourd’hui une piste plus cohérente.

AZF aurait été victime d’un effet domino, une de ces cascades d’accidents prises en compte par la directive Seveso II. La source initiale de la catastrophe proviendrait d’un arc électrique consécutif à un dysfonctionnement de la ligne aérienne de 63.000 volts reliant un poste de distribution EDF situé au nord de la plate-forme chimique et un transformateur de la SNPE. La SNPE aurait déjà connu des problèmes techniques sur ce poste un mois avant la catastrophe. Des poches de méthane générées par la dégradation d’alluvions de la Garonne pourraient avoir renforcé l’effet d’amorçage de l’arc électrique selon des milieux proches de l’enquête. A notre sens, d’autres déchets que le méthane pourraient être incriminés.

Lire la suite

Plus jamais ça, sauf au Havre

7 nov. 2001

Plus jamais ça, sauf au Havre

Objet: risques industriels risques pyrotechniques estuaire de la Seine

Le stockage de la CIM – Compagnie Industrielle Maritime – de 5 millions de tonnes d’hydrocarbures et “ Port 2000 ” dans un mouchoir de poche, à côté de la ville et dans l’estuaire de la Seine: tel est le projet d’intérêt national d’extension du Port Autonome du Havre concocté par les pouvoirs publics et les milieux d’affaires depuis 1996.

Aucune étude globale de dangers n’a été produite. Juste quelques lignes, qui paraîtront dérisoires le jour venu, sur les empilements de conteneurs susceptibles d’absorber un flux thermique accidentel ornent le dossier d’enquête publique. Robin des Bois a demandé officiellement au Président de la République, au Premier Ministre, au Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement et au Ministère des Transports la suspension de tous les travaux de “ Port 2000 ” et la réalisation d’une étude globale des risques. La dernière étude de dangers spécifique à la CIM date de 1988. Elle n’intègre pas les scénarios d’accidents externes au stockage, les effets domino sur les installations fixes ou mobiles voisines, la prise en compte de la défaillance des systèmes de sécurité. Tout est à refaire et à faire, compte-tenu des nouvelles sources de risques liées à “ Port 2000 ”, comme les transbordements et stockages de matières dangereuses et les accidents d’origine strictement maritimes. Robin des Bois n’a pas encore reçu de réponse aux courriers du 18 octobre 2001.

Lire la suite

Un havre pour les risques

30 oct. 2001

Objet: risques industriels risques pyrotechniques estuaire de la Seine

Depuis 1996, Robin des Bois dénonce l’adossement du projet « Port 2000 » au Havre à un stockage pétrolier classé Seveso. Aux risques prévisibles du projet pour les travailleurs portuaires, pour l’environnement, pour la sécurité maritime et industrielle, s’ajoutent depuis un an les risques pyrotechniques liés au déminage du futur chenal portuaire. Malgré une ordonnance du Conseil d’État et malgré les discours tenus au lendemain de la catastrophe de Toulouse, l’État français donne un avenir aux risques majeurs. Depuis juillet 2001, les bulldozers ont été lâché sur les mares et les roselières de l’estuaire de la Seine afin d’effectuer les travaux préparatoires à « Port 2000 ».

Lire la suite

Toulouse: les oies du capitole

22 sept. 2001

La parade politique de Toulouse et la multiplication des cellules psychologiques -un métier d’avenir- ne doivent pas occulter la vérité et les hypothèses les plus vraisemblables.

Le nitrate d’ammonium est un explosif primaire. Il est sensible à l’humidité. Pourtant, dans beaucoup de ports français comme Honfleur ou Lorient, les « big-bags » peuvent être stockés en plein air et sont toujours débarqués de bateaux poubelle ou en mauvais état, arborant le pavillon rouge réglementaire en cas de transport de matière dangereuse. Le nitrate d’ammonium est encore plus sensible à la chaleur.

Lire la suite

Seveso – Toulouse

21 sept. 2001

L’usine AZF met en oeuvre du chlore, de l’ammoniac, du nitrate d’ammonium, du protoxyde d’azote, et de l’hydrogène.

La SNPE, Société Nationale des Poudres et Explosifs stocke du chlore, des substances classées très toxiques, comburantes et explosibles. Elle produit entre autres du phosgène; utilisé comme gaz de combat pendant la guerre de 1914-1918, c’est un toxique pulmonaire suffocant agissant avec un effet retard et susceptible de provoquer une anesthésie de la perception olfactive.

Lire la suite

Seveso Boulevard

10 sept. 2001

Robin des Bois a assisté ou participé à 8 tables rondes régionales sur les risques industriels à Caen, Rouen, Lille, Nantes, Martigues, Paris, Toulouse et Lyon. 3 de ses représentants assisteront au Débat National mardi 11 décembre 2001. Robin des Bois sera entendu le 18 décembre par la Commission d’Enquête de l’Assemblée Nationale sur les risques industriels. A ce stade, suivent des constats et des pistes de travail.

Études de dangers : Elles ne prennent pas en compte les scénarios majeurs et renvoient au public, et au personnel des sites une image réductrice et sélective des risques. En cas d’incendie, le risque induit par les sources radioactives est omis, de même que le risque pyralène des installations électriques. Les scénarios d’explosion et d’incendie des stockages gaziers et pétroliers sont sous-dimensionnés. Les risques périphériques – stockages, appontements, réseaux routiers et ferroviaires internes, décharges et débarras internes, canalisations souterraines – sont sous-estimés.
=>Les études de dangers doivent être loyales, complètes, intégrer la pollution toxique ou pyrotechnique des sols, sous-sols, mares, lagunes, et eaux souterraines. Ces pollutions doivent dans certaines circonstances être considérées comme d’éventuels facteurs déclenchant ou aggravant les accidents.

Lire la suite

Y a t-il encore un ministre des Transports ?

26 mars 2001

Très toxique par inhalation, par contact et par ingestion, l’acide fluorhydrique est une des matières dangereuses les plus redoutées des pompiers et autres services de secours. Au contact de l’eau ou de l’humidité, il dégage des vapeurs exothermiques provoquant des brûlures et des lésions pulmonaires irréversibles.

Les usines qui en détiennent plus de 20 tonnes sont assujetties à la directive Seveso et doivent en cas d’alerte, c’est-à-dire d’anomalie constatée, déclencher immédiatement un plan d’urgence dont l’un des leviers d’intervention consiste à informer immédiatement la population riveraine des mesures à prendre dans un large périmètre soumis aux aléas météorologiques.

Lire la suite
Page 4 sur 6« Première page23456