Risques industriels

Personne n’est à l’abri. Un avion peut s’écraser chez vous, un chimiquier ou des conteneurs toxiques s’échouer sur la plage que vous aimez. Les entrepôts flottants ou terrestres prennent feu. Les camions de matières dangereuses entrent en collision ou basculent dans la rivière. Les décharges ou les stocks de déchets à recycler prennent feu ou sont inondés. Sur le long terme, les conséquences sanitaires, environnementales et psychologiques de ces faits divers tragiques ne sont pas suivies ni maîtrisées.

Position de Robin des Bois sur les gaz et huile de schiste

10 févr. 2011

Robin des Bois déplore que l’ex-ministre de l’Ecologie n’ait pas donné plus de publicité aux permis exclusifs de recherche d’hydrocarbures de schiste qu’il a accordé en mars 2010.

La phase d’exploration est destructive et utilise en grande profondeur des explosifs et des adjuvants chimiques cancérogènes comme le benzène.

Le benzène risque de polluer les ressources aquatiques souterraines et dans certaines configurations géologiques, des micro-séismes sont à redouter.

La sécurité physique et sanitaire des populations est prioritaire. En conséquence, Robin des Bois souhaite que Madame la Ministre de l’Ecologie interrompe définitivement ces prospections d’huile de schiste en Ile de France et de gaz de schiste dans la vallée du Rhône et le Sud et retire les permis de recherche.

Lire la suite

Retour sur les boues rouges

21 déc. 2010

Retour sur les boues rouges

Boues rouges en Hongrie – Communiqué n°3

En 2010, la plus grosse catastrophe industrielle de l’Union Européenne a eu lieu le lundi 4 octobre en Hongrie. Ce jour là, un fleuve de boues rouges a déferlé et commencé à rejoindre le Danube, tuant au moins dix habitants, blessant et brûlant des dizaines d’autres, et dévastant des maisons, des milliers d’hectares de terres agricoles et des rivières ou des zones humides inscrites dans le réseau européen Natura 2000.

Lire la suite

Boues rouges

20 oct. 2010

Boues rouges en Hongrie – Communiqué n°2

L’ingérence écologique en Hongrie est nécessaire. Les boues rouges d’Ajka contiennent notamment des teneurs importantes en soufre (environ 3.000 mg / kilo), en chrome (600 mg / kilo), en nickel (200 mg / kilo), en arsenic (100 mg / kilo) et en mercure (1 mg / kilo). Cet épandage représente pour les populations des risques sanitaires qui ne peuvent pas être considérés comme négligeables. Si l’on estime que la moitié du déversement a recouvert des surfaces agricoles d’une superficie de 5.000 hectares, chaque hectare est en moyenne recouvert par 500 tonnes de déchets. Ceci est un ordre de grandeur.

Lire la suite

Boues rouges en Hongrie : une catastrophe majeure, prévisible, et internationale

6 oct. 2010

Boues rouges en Hongrie : une catastrophe majeure, prévisible, et internationale

Boues rouge en Hongrie – Communiqué n°1,
Mise à jour le 8 octobre.

Caractéristiques : Les boues rouges sont les résidus de l’extraction d’alumine à partir du traitement de la bauxite. Elles contiennent de la soude caustique, du fer, de l’alumine, du silicium, du sodium, du calcium, du titane, du manganèse, du vanadium, du chrome hexavalent, du plomb et du cadmium. Le cumul de tous ces métaux et minéraux fait des boues rouges un déchet toxique pour la faune aquatique, les animaux domestiques et d’élevage.

Lire la suite

Marée noire dans la Crau : rupture de l’infoduc de la Préfecture des-Bouches-du-Rhône

17 août 2009

A la suite d’une cause non élucidée, le tuyau à informations de la Préfecture des Bouches-du-Rhône est en panne sèche depuis le samedi 8 août ; entre le vendredi 7 août, date de l’accident, et le samedi 8, ce même tuyau avait déversé sur la presse et l’opinion publique un flux de 4 communiqués.

Il est demandé aux pouvoirs publics de rétablir la communication à l’aide de moyens provisoires. 
Des questions urgentes n’ont pas de réponse officielle. Elles concernent par ordre chronologique la quantité de pétrole récupérée par le pompage de surface, sa destination et ses modes de valorisation ou d’élimination, les modalités de l’opération de décaissement des terres polluées, l’évaluation des volumes concernés et leur destination aux fins de traitement, ainsi que les modalités de restauration géologique du substrat de la steppe sèche.

Lire la suite

Union Ecologique pour la Méditerranée

25 juin 2009

Le bombardement les 13-15 juillet 2006 de la centrale électrique de Jiyeh au sud de Beyrouth et au bord de la Méditerranée a provoqué une marée noire importante sur la côte libanaise. Le ramassage des déchets a posé de nombreux problèmes techniques dus en particulier au mélange des hydrocarbures avec une forte densité de macrodéchets. Des difficultés ont été rencontrées pour séparer les catégories de déchets, pour mobiliser la quantité nécessaire de conteneurs et autres emballages étanches, pour désigner et implanter des stockages temporaires et pour planifier une gestion à long terme intégrant l’élimination des résidus de la marée noire. Cette situation a été constatée par l’association Robin des Bois en tant que membre d’une mission d’expertise du GEIDE post-catastrophe (Groupement d’Expertise et d’Intervention DEchets post-catastrophe). Cette mission a eu lieu en octobre 2006 et la Présidence de la République, le Ministère de l’Ecologie, le Ministère des Affaires Etrangères, et le Secrétariat Général à la Mer ont été destinataires du rapport de mission GEIDE Liban*.

Lire la suite

Tempête dans le Sud-Ouest / avarie du Provalys

24 janv. 2009

Tempête dans le Sud-Ouest / avarie du Provalys

Note d’interrogation

Le Provalys est l’un des plus gros méthaniers du monde. Pendant son baptême en novembre 2006, ses caractéristiques innovantes dans le domaine de la propulsion et de l’isolation des cuves ont été mises en avant. En cas de dysfonctionnement, ce type de navire expose les personnes, les biens et l’environnement à des risques considérables d’incendie, de projection et d’explosion. Robin des Bois demande donc à l’armateur Gaz de France et à la Préfecture Maritime de l’Atlantique de donner des informations précises sur l’avarie du Provalys.

Lire la suite

Eurotune

15 sept. 2008

La reprise du trafic ferroviaire dans le tunnel sous la Manche illustre d’une manière caricaturale le slogan « nos vies valent mieux que leurs profits ». La prise de conscience collective des risques industriels n’a pas atteint les conseils d’administration d’Eurotunnel, de la SNCF et d’Eurostar UK Ltd. Quelques heures après l’extinction du feu couvant dans le tube nord de l’ouvrage transfrontalier et immergé, les affaires repartent à tout prix. Des questions se posent aussi sur la capacité des syndicats et du Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) à exercer leur devoir d’analyse et de retrait et sur l’autorité du Ministère de l’Ecologie dans le domaine du transport de matières dangereuses et plus largement du suivi des incendies et autres catastrophes technologiques.

Lire la suite

Brûlage à l’air libre de produits pharmaceutiques

19 mars 2008

Il ne se passe pas un mois sans qu’on puisse au petit matin respirer à Paris l’odeur âcre de l’incendie d’un entrepôt survenu en Ile de France. Il est vrai que dès le début de la matinée le bruit de fond olfactif est recouvert par les vapeurs d’essence. Les AIRPARIF et équivalents ne notent jamais à la suite de ces incendies industriels de pollution significative ou mesurable de l’atmosphère francilienne. Calés sur le dioxyde d’azote et d’autres paramètres usuels de la pollution automobile, ces organismes officiels n’ont ni les moyens, ni les instructions de veiller à détecter dans l’air les polluants issus de la combustion sauvage de matériaux divers pleins de brome, de PVC, de composés organiques volatils ou de molécules chimiques non identifiées.

Lire la suite

Les crash tests d’Air France

24 avril 2007

Robin des Bois n’est évidemment pas systématiquement opposé aux projets de développement ou à l’installation d’activités nouvelles dans la presqu’île du Cotentin et autour de Cherbourg.

Par exemple, l’association pousse depuis longtemps par ses communiqués ou ses interventions à la création d’une plate-forme de ravitaillement en carburant et d’extraction des boues d’hydrocarbures accessible à tous les navires dont la destination est le port de Cherbourg ou qui passent au large. Plus récemment Robin des Bois a soutenu que le port de Cherbourg, éventuellement renforcé par le dock flottant dont le port du Havre souhaite se défaire, serait un bon candidat à un pôle de réparation et de démantèlement des navires. Ces 2 projets sont cohérents avec le potentiel, l’histoire du port et sa main d’œuvre.

Lire la suite
Page 3 sur 712345Dernière page »