Risques et accidents

Non aux bombes

6 oct. 2017

Non aux bombes

Prix Nobel de la Paix 2017.

Rappel du communiqué du 14 juillet 2017 intitulé « Le 14 juillet 2017 est nucléaire » en raison de la présence simultanée des présidents des Etats-Unis et de la France à Paris.

Malheureusement, la France et les Etats-Unis ont publié un communiqué commun dénonçant le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires comme une nuisance et une menace pour la paix mondiale.(1)

Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires a été adopté le 7 juillet 2017 sous la tutelle des Nations-Unies par 122 pays. Il s’inspire de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques initiée par la France. Il est complémentaire du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires et du Traité sur l’interdiction des essais nucléaires. Dans son préambule, il évoque à la fois les conséquences catastrophiques de l’usage des munitions nucléaires et celles des détonations accidentelles.

Lire la suite

EPR : complètement barré!

6 oct. 2017

Hier en réunion HCTISN (Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sécurité Nucléaire), l’ASN et AREVA ont annoncé qu’il y avait à ce jour 95 anomalies métallurgiques relevées sur des composants de l’EPR Flamanville forgés au Creusot dont un générateur de vapeur. le chiffre peut encore évoluer. L’ASN étudie leurs effets cumulatifs sur le fonctionnement potentiel du plus gros réacteur jamais construit en France.

Cet inventaire résulte de l’épluchage en cours par 150 personnes des dossiers d’archives barrés ou non barrés retrouvés dans les armoires des forges du Creusot. La double barre sur la première page des dossiers était un code interne suggérant que la pièce livrée n’était pas entièrement conforme aux exigences réglementaires ou normatives ou aux spécifications du client. Des anomalies sont désormais retrouvées dans des dossiers non barrés.

Lire la suite

Sous l’empire de l’EPR

20 sept. 2017

Séance folle hier au Conseil Supérieur de la Prévention des Risques Technologiques (CSPRT) devenu pendant quelques heures le conseil de promotion des risques technologiques.

Pendant cinq heures, les organismes de contrôle de la filière nucléaire – ASN et IRSN* -, les fabricants et exploitants – AREVA et EDF-, les experts du Groupe permanent pour les équipements sous pression nucléaires (GPESPN), de la sous-commission permanente appareils à pression et certains membres du Conseil ont minimisé les risques de rupture brutale de la cuve du réacteur EPR de Flamanville en Normandie dus au surplus de carbone dans l’acier des calottes supérieures et inférieures**.

Lire la suite

Le 14 juillet 2017 est nucléaire

14 juil. 2017

Le 14 juillet 2017 est nucléaire

Malheureusement, la France et les Etats-Unis ont publié un communiqué commun dénonçant le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires comme une nuisance et une menace pour la paix mondiale.(1)

Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires a été adopté le 7 juillet 2017 sous la tutelle des Nations-Unies par 122 pays. Il s’inspire de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques initiée par la France. Il est complémentaire du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires et du Traité sur l’interdiction des essais nucléaires. Dans son préambule, il évoque à la fois les conséquences catastrophiques de l’usage des munitions nucléaires et celles des détonations accidentelles.

Lire la suite

Kafka dans l’EPR – n°1

22 juin 2017

La cuve confine le feu nucléaire. La cuve du réacteur EPR de Flamanville dans la Manche serait soumise pendant les 60 ans d’exploitation programmés par EDF et AREVA à des agressions thermiques, hydrauliques, mécaniques et neutroniques considérables. La cuve ne doit pas être robuste, elle doit être indestructible.

« La démonstration de sûreté nucléaire exclut la rupture de la cuve car aucune disposition raisonnable de limitation des conséquences pour la gestion de l’installation, pour le personnel, la population et l’environnement ne peut être définie » (source : rapport du Groupe de Suivi « Cuve EPR » du HCTISN, Haut Comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire).

Lire la suite

Hanford – La Hague, la fratrie nucléaire

10 mai 2017

Hanford – La Hague, la fratrie nucléaire

Le complexe militaro-nucléaire d’Hanford, État de Washington, États-Unis, est en train de gérer son premier effondrement d’une galerie où sont accumulés des déchets radioactifs historiques.

Si l’extraction du plutonium à partir des combustibles irradiés est arrêtée à Hanford depuis les années 1980, elle continue dans la presqu’île de la Hague, en roue libre et hors de tout contrôle ou stratégie politique. Si quelqu’un depuis 6 mois a entendu un candidat à la présidence de la France ou un ministre prononcer nommément le mot « plutonium », qu’il prévienne immédiatement Robin des Bois par mail.

Lire la suite

Fukushima / Takahama : la French touch

11 mars 2016

– Vendredi 11 mars 2011, la France est impliquée dans la catastrophe de Fukushima. Le réacteur accidenté n°3 exploité par TEPCO (Tokyo Electric Power Company) fonctionnait au MOX, un combustible mixte d’uranium enrichi et de plutonium particulièrement toxique, dispersif et persistant en cas de fusion du cœur et d’excursion nucléaire. Le MOX est qualifié par « Atomic Anne », présidente d’Areva, de produit phare témoignant des succès d’Areva à l’exportation.

– Lundi 14 mars 2011, Robin des Bois demande le report sine die d’une nouvelle livraison de MOX au Japon, cette fois à destination du réacteur n°3 de la centrale nucléaire de Takahama exploitée par KEPCO (Kansai Electric Power Company).

Lire la suite

Tchernobyl : 29 bougies et un incendie

29 avril 2015

Relire en lien nos communiqués du 13 août 2010 et du 25 avril 2014, notamment le 5ème paragraphe

Les forêts autour de Tchernobyl sont envahies par la broussaille faute d’entretien et à cause des taux élevés de radiation qui sont considérés comme un frein à la décomposition des végétaux. La zone est interdite pour les humains, elle est propice pour les incendies.

Un incendie non maîtrisé dans les forêts contaminées ne serait pas une catastrophe comparable en terme d’impact sanitaire et environnemental à Tchernobyl 1986 ou à Fukushima mais il pourrait être considéré comme un « accident grave » dans l’échelle INES (Échelle internationale des événements nucléaires) en prenant seulement en compte la redistribution atmosphérique du Césium 137. Si les incendies actuels ou futurs s’approchaient à quelques kilomètres du réacteur accidenté, la remobilisation des particules de plutonium et d’américium 241 aggraverait les conséquences.

Lire la suite

Crash Test, résisteront-elles ? – 2015

15 avril 2015

Crash Test, résisteront-elles ? – 2015
Lire la suite

A320 Germanwings

9 avril 2015

Il y a à la fois urgence à planifier la dépollution et à dépolluer le site du crash. L’avion s’est écrasé en lisière d’une zone Natura 2000. Le kérosène et les huiles n’ont pas brûlé. Les hydrocarbures se sont dispersés sur environ 1 ha. Un torrent en contrebas peut entraîner les polluants vers la rivière Bléone, affluent de la Durance. La fonte des neiges et les pluies de printemps sont des facteurs météorologiques aggravants qui risquent d’éparpiller les déchets. Ceux-ci peuvent être contaminés par du sang ou des pièces anatomiques et doivent être assimilés à des DASRI (Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux). Des débris comme les mousses et les textiles sont susceptibles de s’envoler. Le secteur sinistré est extensible.

Lire la suite
Page 1 sur 111234510Dernière page »