Déchets

Faux pas d’Areva

5 juil. 2017

Communiqué MOX n°2

Areva, corsaire des temps modernes, perpétue les expéditions maritimes de combustibles nucléaires et de matières fissiles. Le Pacific Egret est un navire militaire peint en bleu. Il a débranché son AIS depuis le 13 juin 2017. L’AIS (Automatic Identification System) permet de connaître la position et la route d’un navire et est essentiel pour la sécurité maritime. Aucun des navires militaires de surface de la Marine Nationale actuellement en activité ne transporte une cargaison et une arme aussi redoutable que le Pacific Egret. Plusieurs options sont possibles pour l’itinéraire depuis Cherbourg jusqu’au Japon. Jadis utilisé du temps de Noriega pour des matières nucléaires sensibles, le passage du canal de Panama est aujourd’hui impossible pour des raisons politiques. La traversée par l’Atlantique Sud, l’Océan Indien et le Pacifique Sud est maintenant la plus classique. L’option de la route du Nord-Est par l’Arctique et la Sibérie avec l’accord de Vladimir Poutine ne peut pas être complétement exclue.

Lire la suite

Moxquitue

29 juin 2017

La semaine prochaine, des combustibles MOX devraient être chargés à Cherbourg sur le Pacific Egret ou le Pacific Heron à destination du Japon et de la centrale nucléaire de Takahama. Le MOX contient 10% de plutonium et 90% d’uranium.

Ce voyage à travers les mers du monde de matières fissiles dangereuses induit des tensions et des risques tout au long du parcours. Le problème du port refuge en cas d’avarie ou d’incendie n’est toujours pas résolu. La capacité des modestes navires de la Pacific Nuclear Transport Ltd à résister aux cyclones, aux tsunamis et aux missiles nord-coréens n’est pas démontrée.

Lire la suite

Wanted : le BBC Shanghai

8 déc. 2015

Après avoir déchargé le 5 décembre en Australie ce qu’il avait chargé le 14 octobre en France, le BBC Shanghai transporteur intermittent de déchets nucléaires se dirige aujourd’hui vers Shanghai. Son armateur est allemand. Son pavillon est Antigua & Barbuda. Son profil est alarmant. Dès qu’il se présente dans un port, le BBC Shanghai est ciblé par les autorités maritimes et soumis à une inspection approfondie.

Se référer à ce sujet aux communiqués de Robin des Bois
Déchets radioactifs – Robin des Bois sollicite l’intervention des gouvernements australien et français, 10 octobre 2015,
Le BBC Shanghai à Cherbourg, 14 octobre 2015 – 15h00
et à la carte « Das Bato », performances du BBC Shanghai, 15 octobre 2015

Lire la suite

Das Bato

15 oct. 2015

Das Bato

Objet : Déchets radioactifs – Cherbourg => Australie. 25.000 km jusqu’à Port Kembla, près de Sydney.

Panorama des performances du BBC Shanghai, armateur allemand, société de classification allemande (Germanisher Lloyd).
« La compagnie et le bateau présentent toutes les garanties nécessaires en matière de sécurité et de sûreté. » selon AREVA.
Le BBC Shanghai est traqué dans le monde entier. Cherbourg le laisse partir avec des déchets nucléaires.

Lire la suite

Déchets radioactifs – Cherbourg/Australie

14 oct. 2015

Un exercice post-Fukushima est en en cours à l’usine Areva de La Hague près de Cherbourg. La sûreté est la priorité d’Areva selon le directeur de l’établissement de La Hague.

Dans le port de Cherbourg, le BBC Shanghai est à quai du terminal nucléaire d’Areva. Il s’apprête à charger des déchets radioactifs qui proviennent du retraitement à l’usine de La Hague de combustibles irradiés australiens. Ceci n’est pas une simulation, c’est une réalité, une triste réalité qui est un défi à la sécurité. Aux dernières mauvaises nouvelles qui complètent le lourd « casier judiciaire » du BBC Shanghai, 4 déficiences ont été relevées le 6 août 2015 à Busan en Corée du Sud et 6 à Vladivostok en Russie le 11 août 2015. Le BBC Shanghai est classé navire à haut risque par le Mémorandum de Tokyo, accord régional Asie-Pacifique sur la sécurité maritime. L’Australie, pays de destination du BBC Shanghai, est signataire du Mémorandum de Tokyo.

Lire la suite

Déchets radioactifs – Robin des Bois sollicite l’intervention des gouvernements australien et français.

10 oct. 2015

Robin des Bois confirme les informations diffusées par Greenpeace concernant l’état du navire BBC Shanghai. Areva a fait un très mauvais choix en le sélectionnant pour le retour imminent de déchets nucléaires australiens. Ces déchets proviennent du retraitement à l’usine de la Hague des combustibles usés du réacteur de recherche australien HIFAR (High Flux Australian Reactor). Le premier arrivage en France date de janvier 2000. A l’époque, la Cogema, Compagnie Générale des Matières nucléaires, devenue Areva en 2006, mettait en avant le pavillon français du navire affrété, le Bouguenais, ainsi que la nationalité française de 5 membres de l’équipage et la présence à bord d’un officier chargé de la radioprotection. Malgré ces éléments positifs, il n’en restait pas moins que le choix de ce navire était déjà contestable (1).

Lire la suite

Le calvaire de La Hague

18 mai 2015

Le calvaire de La Hague

La Hague n’est plus une presqu’île. Le plateau granitique de Jobourg est comme coupé du monde après un demi-siècle de nucléaire. A Beaumont-Hague, le registre d’enquête publique pour une nouvelle extension des activités est resté quasiment vide. La clôture de l’enquête est pour ce soir.

L’affaire est pourtant importante. Elle concerne aussi l’avenir de l’Europe et de l’humanité. AREVA veut augmenter la capacité d’entreposage des déchets issus du retraitement des combustibles irradiés d’EDF et des clients étrangers.

Lire la suite

Déchets nucléaires et risques maritimes

9 oct. 2014

Déchets nucléaires et risques maritimes

Le cargo Parida vient d’être victime d’un début d’incendie au nord de l’Ecosse. Il a dérivé vers une plateforme pétrolière qui a dû être évacuée. Le Parida a été remorqué. Il est aujourd’hui en attente de diagnostic et de réparation au large du port écossais de Cromarty.

Le Parida en est à son 19ème voyage entre le site nucléaire en cours de démantèlement de Dounreay en Ecosse et le port d’Anvers en Belgique. Le Parida en est aussi à sa 35ème déficience depuis janvier 2013. Le début d’incendie en mer du Nord sur le cargo danois n’a rien d’étonnant. Il a été contrôlé à Bremerhaven, Allemagne, en janvier 2013 et détenu à quai pendant 9 jours (24 déficiences). Rebelote 4 mois plus tard à Anvers (5 déficiences). Réplique à Amsterdam le 3 mars 2014 (6 déficiences).

Lire la suite

Le nucléaire s’éclaire à la bougie

7 oct. 2014

Loi de Transition Energétique – Communiqué n°2

Depuis 10 mois, la seule instance de concertation sur les activités nucléaires industrielles et médicales qui soit prévue par la Loi est éteinte et ensevelie sous les blablas, les injonctions, les tribunes et les enjeux politiques. Le nucléaire exige mieux.

Le Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sécurité Nucléaire (HCTISN) n’existe plus. S’il revenait à la vie, il regrouperait à nouveau des élus du Sénat et de l’Assemblée Nationale, des représentants des Commissions Locales d’Information, des ONG, des exploitants, des personnes qualifiées, l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire), l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) et des représentants de l’Etat. En application de l’article L 125-34 du code de l’Environnement, le Haut Comité est une instance d’information, de concertation et de débat sur les risques liés aux activités nucléaire et l’impact de ces activités sur la santé des personnes, sur l’environnement et sur la sécurité nucléaire.

Lire la suite

Stocamine* et Cigéo** dans le même bateau

11 mars 2014

* Stocamine à Wittelsheim près de Mulhouse était un centre de stockage en profondeur – 550 mètres – de déchets toxiques non recyclables et non radioactifs dans un banc de sel. Entre février 1999 et septembre 2002, 44.000 tonnes de déchets y ont été stockés.
** Cigéo aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne est un projet de stockage en profondeur – 500 mètres – de déchets radioactifs non recyclables dans une couche d’argile.

En 1997, l’arrêté préfectoral d’autorisation de Stocamine prévoyait une exploitation pendant 30 ans et exigeait à ce terme le retrait des déchets sauf renouvellement de l’autorisation. La réversibilité s’accompagnait de dispositions techniques et financières garantissant à tout moment le retrait de tout ou partie des déchets.

Lire la suite
Page 1 sur 812345Dernière page »