Dragages et immersions de déchets

Ils creusent, ils creusent les ports, les bassins, les chenaux, toujours plus profond pour les navires de charge, les paquebots, les voiliers de course toujours plus grands et ils rejettent en mer les boues polluées qui handicapent la biodiversité salée. Pourquoi tolérer en mer ces décharges alors que sur terre personne n’en veut dans une zone humide ? La sécurité maritime est mise en avant, la sécurité sanitaire est mise derrière. La liberté de naviguer est sacrée. Homme libre toujours tu saliras la mer.

Port 2000 remis à plus tard

29 juin 2001

Dans une ordonnance rendue le 28 juin 2001, le Conseil d’État a suspendu l’arrêté interpréfectoral autorisant la réalisation de Port 2000. Les travaux ne pourront commencer qu’après le constat dûment effectué par les autorités compétentes de la destruction totale des engins de guerre situés dans l’emprise du projet. C’est dans le cadre d’une requête en référé déposée par l’association Robin des Bois que l’ordonnance du Conseil d’État a été rendue. Elle n’est pas susceptible d’appel.

Lire la suite

Pavillon noir sur Noirmoutier

20 janv. 2001

La Chambre de Commerce et de l’Industrie de Vendée entend rejeter sur la pointe de l’Herbaudière 100.000 m3 de boues de dragages extraites du port de pêche et de plaisance. Le port de l’Herbaudière est le réceptacle des hydrocarbures, eaux usées et macro-déchets rejetés en routine par les bateaux de pêche et de plaisance. C’est aussi le terminal des effluents des ateliers de réparations navales et des parkings, et le réceptacle des eaux usées de la station d’épuration débordée pendant la période estivale.

Lire la suite

Ils tirent la chasse !

8 déc. 2000

Un an après, les ports les plus touchés par la marée noire de l’Erika se débarrassent en mer de leurs boues de dragages polluées par les hydrocarbures et les métaux lourds. Fin 1999, les barrages transportés à la hâte par camions depuis la Rochelle sont en effet arrivés avec retard. Leur pose a été l’objet de nombreuses difficultés, leur efficacité relative et les nappes de fuel ont pénétré dans les bassins portuaires. Les fractions les plus lourdes et les plus dangereuses comme les Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques se sont agrégés dans les vases et sédiments.

Lire la suite

Noyer le poison

22 juin 2000

De Dunkerque à Saint-Jean-de-Luz, de Banyuls à Menton, les rejets chroniques ou accidentels des ports, des activités industrielles et agricoles et des stations d’épuration polluent le littoral avec efficacité. Algues toxiques, métaux lourds, hydrocarbures, composés chlorés, bactéries fécales et macrodéchets naviguent vers les plages toute l’année. Mais chaque été, ils se diluent dans le flot de communication rassurant des ministères de l’Environnement, de la Santé et des labels. Pourtant, l’insalubrité du littoral est d’actualité, avec ou sans couche de fuel par-dessus ou par-dessous.

Lire la suite

La Flèche n°32

21 sept. 1998

Lire la suite

Une nouvelle base sous-marine pour le port militaire de Lorient

28 sept. 1997

Avec une date limite de remise des offres de marché le mardi 1 juillet 1997 et un départ des travaux le 10 septembre de la même année, le dragage de l’arsenal de Lorient et de la base de Kéroman s’est fait à une vitesse supersonique sur le mode furtif cher aux militaires. Une nouvelle décharge sous-marine a été ouverte à côté d’une zone d’explosifs immergés à l’envers des Courreaux de Groix.

Située à 4 km de l’ancien dépôt de déblais de dragage de l’ensemble des ports de la rade de Lorient arrivé à saturation, cette nouvelle zone est à proximité des gisements de coquilles Saint-Jacques exploités en hiver par les pêcheurs lorientais. Dans une étude confidentielle réalisée par Ifremer pour le compte de la Marine Nationale en 1992, intitulée « Evacuation des produits de dragage dans le secteur de Lorient, impact des immersions dans les Courreaux de Groix et recherche de solutions alternatives », la nouvelle zone d’immersion sélectionnée par la Marine Nationale était selon les auteurs exposée à des courants défavorables orientés vers les Courreaux et les gisements de coquilles.

Lire la suite

La Flèche n°29

21 juin 1997

Lire la suite

Le Havre : alerte bactériologique sur la plage

18 févr. 1997

Dans le cadre de la réalisation d’un bassin de stockage des eaux usées et pluviales de la ville du Havre, il est procédé depuis une semaine environ à l’extraction des boues de l’Anse des Régates à l’intérieur du port des yachts, dépendant du port de plaisance du Havre. Ces milliers de tonnes de boues sont évacuées par canalisation flexible et déversées depuis la digue Nord à quelques dizaines de mètres de la plage et de la Promenade des Régates.

Les boues sont susceptibles de contenir une grande variété d’organismes pathogènes : virus (hépatite infectieuse), bactéries (salmonella), champignons, vibrions (vibrio cholerae, agent du choléra ; vibrio parahaemolyticus, agent de gastro-entérites), apportés par les rejets urbains, les eaux de ruissellement, les rejets des bateaux ainsi qu’une charge en micro-polluants chimiques.

Lire la suite

Le Carnet : le chimique avant le nucléaire

28 janv. 1997

La demande de travaux en zone humide soumise par EDF et préparée en sous-main par le Port Autonome de Nantes-Saint-Nazaire élude les contaminations chimiques, bactériologiques et radioactives des sédiments du chenal de la Loire qui, d’après les informations parcellaires de l’étude d’impact, constituent l’apport dominant des remblaiements.

Les teneurs en métaux lourds, en PCB, en arsenic, en cyanure, en hydrocarbures des sédiments ligériens dragués dans le chenal entre Nantes et Saint-Nazaire et immergés dans l’estuaire aval sont jalousement et illégalement détenues par la préfecture de Loire-Atlantique et le service de navigation maritime du Port Autonome. Cependant, les travaux du groupe Géode – groupe interministériel de réflexion sur les boues de dragage – déterminent les teneurs moyennes en polluants des déblais de dragage du chenal de la Loire et de l’ensemble du secteur Nord-Gascogne. Il ressort des données corrigées de l’ensemble des échantillons que 100 000 tonnes de « remblais » du Carnet intègreront par exemple 29 kg de mercure, 44 kg de cadmium, 2,66 tonnes d’arsenic, 7,67 tonnes de plomb, 5,79 tonnes de chrome.

Lire la suite

Les pêcheurs ne sont pas des éboueurs

24 janv. 1997

L’association Robin des Bois exprime sa solidarité avec les pêcheurs du Tréport, opposés à une nouvelle campagne d’immersion de 15.000 m3 de boues du dragage des zones confinées du port.

Les bassins concernés sont régulièrement contaminés par les rejets chroniques et accidentels de l’usine Réno (incendies, relargages de phosphates pendant les déchargements de bateaux, fuites de cuves de stockage). Par ailleurs, la Bresle dépose dans le port l’ensemble des polluants industriels déversés par l’industrie papetière, verrière et mécanique, implantée en amont. A titre d’exemple de la diversité des causes de pollution, 10.000 litres d’huile de vidange ont été déversés dans la Bresle après un accident de camion en mars 1996.

Lire la suite
Page 5 sur 7« Première page34567