Poissons, coquillages et crustacés

Détraqués et traqués, ils sont sous pression. Le pillage commence sur l’estran avec la pêche à pied de loisir et s’étend en haute mer. L’effort de pêche est de plus en plus violent et se radicalise. L’Union Européenne n’hésite plus à électrocuter la mer pour faire sortir les soles des fonds. Les poissons sauvages sont réduits en farine pour nourrir des poissons d’élevage. Les aires de reproduction et de nourrissage sont détruites. Certaines huîtres sont des OGM. Robin des Bois embarque, informe, interpelle, pèse dans les Conventions internationales et incite toutes les parties prenantes à réfléchir avant d’agir.

Utimes décisions

15 nov. 2002

Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore sauvages menacées d’extinction
CITES 2002 – Santiago du Chili

Suite au communiqué de Robin des bois en date du 14 Novembre, intitulé « Feu vert pour le pillage en mer », il est plus pertinent aujourd’hui de parler de « feu orange ». En effet, à la suite d’un retournement inattendu mais souhaité par toutes les ONG observatrices à la CITES, la dernière réunion plénière réunie aujourd’hui à Santiago du Chili a décidé d’inscrire le requin baleine et le requin pèlerin en annexe II, ce qui obligera les pays exportateurs et importateurs à délivrer des certificats d’exportation et d’importation.

Lire la suite

Feu vert pour le pillage en mer

14 nov. 2002

Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore sauvages menacées d’extinction
CITES 2002 – Santiago du Chili

La prise en compte des ressources halieutiques et des espèces marines par la CITES se heurte à l’opposition militante du Japon et de la Norvège et à la méfiance des armateurs européens. Des micro-Etats insulaires ou des plaques tournantes du trafic international de poissons comme le Sénégal renforcent cette alliance. La priorité des priorités reste le marché. Pour les espèces, on verra après, à une exception près.

Lire la suite

La légine au-dessous des lois

9 nov. 2002

Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore sauvages menacées d’extinction
CITES 2002 – Santiago du Chili

L’extinction commerciale des légines, poissons des grands fonds antarctiques et sub-antarctiques est pour bientôt. Aux quotas officiels attribués par le Chili, l’Argentine, la France, l’Australie, le Royaume-Uni et l’Afrique du Sud (20.000 t/an) s’ajoutent 30.000 à 50.000 tonnes pillées par des navires battant pavillon de complaisance. Le Togo, Belize, le Honduras, Sao-Tomé, Panama sont très en vogue sur l’océan austral. Ils travaillent en meute et sauf exception ne se font pas prendre par les chiens de garde des marines militaires australienne et française. Comme dans la marine marchande, les équipages sont sous-payés, multinationaux, ignorants des risques et des règlements, et les propriétaires des navires sont des armateurs prospères, installés en l’occurrence en Espagne, à Taïwan, en Ukraine, en Russie, en Norvège, en Indonésie, à Hong-Kong… 10 Euros du kilo à la débarque, ça aiguise les appétits. La France a un rôle important à jouer dans ce domaine austral. Sa Zone Economique Exclusive y représente 17 millions de km2, 7 fois la Méditerranée. Un patrouilleur et 2 frégates ne suffisent pas à y assurer la police des pêches. Les pirates sont bien informés. Ils connaissent en particulier les heures de survols satellitaires utilisés par la Marine Nationale pour les repérer. Si rien n’est fait, les légines vont être ratissées par les bateaux IUU (Illegal, Unreported, Unregulated), comme dans les années 70 les poissons des glaces l’ont été par la flotte russe.

Lire la suite

La mer dépecée

18 juin 2002

Après quelques semaines de Secrétariat d’Etat à la Mer , lieu exclusif et unitaire où les doléances et les réflexions relatives au patrimoine maritime de la France et de l’humanité auraient pu converger, le gouvernement s’est promptement retiré de sa veille sur les océans, le cordon littoral, les bateaux poubelles… La mer qui submerge les 3/4 de la Terre se retrouve donc coincée entre le Logement, les Affaires rurales, et les Directions Départementales de l’Equipement; au lieu d’une politique même embryonnaire sur les enjeux de la mer, vont se perpétuer les bricolages, les petits conflits de compétences et les abus d’incompétence et d’indisponibilité.

Lire la suite

La pêche aux subventhons

2 avril 2002

L’interdiction des filets maillants dérivants, utilisés par les pêcheurs de l’Ile d’Yeu et bretons, pour la pêche au thon germon dans l’océan atlantique, est un contresens. Votée en 1998 par la quasi-unanimité des ministres de l’Agriculture et de la Pêche de l’Union Européenne, elle était simplement destinée à donner des lauriers à l’opinion publique et à la mouvance écologiste, et des motifs de satisfaction à l’industrie de la pêche espagnole.

Lire la suite

Miam Miam le caviar !

5 nov. 2001

« Vue par Jean-Paul Goude » pour les Galeries Lafayette, Laetitia Casta baigne dans le cristal et sème des grains de caviar à coup de grosse cuillère. Cet accident du mauvais goût invite au nouveau marché que lance le grand magasin parisien quelques semaines avant les fêtes de fin d’année.

Au centre du “ parcours des sens ” trône en effet le barnum du caviar avec des œufs d’esturgeons de la mer Caspienne de 13.000 à 28.000 francs le kilo. Ses animateurs ne semblent avoir jamais entendu parler de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction – CITES -, ni de l’inscription de l’esturgeon à l’annexe II de cette Convention. Le numéro des permis d’importation n’est pas visible sur les boîtes.

Lire la suite

La Flèche n°36

14 sept. 2000

Lire la suite

La Flèche n°35

1 déc. 1999

Lire la suite

La Flèche n°32

21 sept. 1998

Lire la suite

L’île abandonnée

8 juin 1998

Luxembourg
Objet : filets maillants dérivants

L’association Robin des Bois dont les militants ont passé 5 mois à bord des thoniers de l’île d’Yeu depuis 1991 dénonce l’interdiction de l’usage des filets maillants dérivants artisanaux. La collusion de l’Union Européenne et de l’extrémisme écologiste va perturber l’équilibre social et économique de l’île d’Yeu. Des fonds européens pourraient être consacrés à la modernisation des bateaux mais aucun plan de reconversion technique n’est préconisé.

Lire la suite