Poissons, coquillages et crustacés

Détraqués et traqués, ils sont sous pression. Le pillage commence sur l’estran avec la pêche à pied de loisir et s’étend en haute mer. L’effort de pêche est de plus en plus violent et se radicalise. L’Union Européenne n’hésite plus à électrocuter la mer pour faire sortir les soles des fonds. Les poissons sauvages sont réduits en farine pour nourrir des poissons d’élevage. Les aires de reproduction et de nourrissage sont détruites. Certaines huîtres sont des OGM. Robin des Bois embarque, informe, interpelle, pèse dans les Conventions internationales et incite toutes les parties prenantes à réfléchir avant d’agir.

Aujourd’hui quand vous mangez du thon, vous tuez un albatros

16 nov. 2011

Aujourd’hui quand vous mangez du thon, vous tuez un albatros

Liberté de Thon n°2.
22ème réunion ordinaire de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique et des mers adjacentes (CICTA / ICCAT)

Les oiseaux de mer sont victimes des marées noires et des autres pollutions, des déchets en plastiques, des filets fantômes dérivant dans les océans et des rongeurs invasifs sur le littoral. Ils sont aussi victimes de la pêche au thon. L’une des techniques utilisées, les palangres – des lignes longues de dizaines de kilomètres – pêchent de plus en plus d’oiseaux victimes de la pénurie alimentaire en milieu marin mais aussi de leur sens de l’observation. Ils sont nombreux, albatros et puffins, à s’accrocher aux hameçons en voulant capturer les leurres ou les prises. Les albatros pratiquent ce sport en surface, les puffins tels le puffin à menton blanc (Procellaria aequinoctialis) en plongée.

Lire la suite

Le « printemps arabe » sera-t-il favorable au thon rouge ?

14 nov. 2011

Liberté de Thon n°1.
22ème réunion ordinaire de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique et des mers adjacentes (CICTA / ICCAT)

La 22ème session ordinaire de la CICTA s’inscrit dans le cadre politique mouvementé du bassin méditerranéen où se concentre la pêche au thon rouge. Alors que l’OTAN et des navires militaires de plusieurs Etats membres de la CICTA, France et Italie notamment, étaient en action dans les eaux libyennes et dans le golfe de Syrte, des thoniers et leurs escortes envoyaient des signaux VMS (Vessel Monitoring System) depuis cette zone théoriquement interdite à la pêche au thon rouge, avec un pic d’activité en mai et juin.

Lire la suite

Pêche à pied : 108, 112, 116, les coefficients du déferlement

25 août 2011

A l’occasion des prochaines grandes marées de fin août et fin septembre, les pêcheurs à pied vont déferler sur l’estran. 1,8 million de français pratiquent la pêche à pied (1). Le temps d’une marée basse, ils vont chasser, dénicher, cueillir, défouir coquillages et crustacés. Les espèces préférées sont les étrilles, les tourteaux, les crevettes, les moules, les bigorneaux, les huitres, les ormeaux et les bulots sur les estrans rocheux et les palourdes, les coques, les praires et les couteaux sur les estrans sableux. Considérée comme une aubaine parce qu’elle est gratuite et comme un droit inné et intouchable, la pêche à pied coûte très cher à la biodiversité.

Lire la suite

Les tourteaux pincés par les PCB

20 juil. 2011

Le port de Rouen veut ouvrir un nouveau site d’immersion de boues de dragage dans la baie de Seine. L’enquête publique a été close hier. Cette « expérience » à 2 millions de m3 se pare de tralalas scientifiques comme le suivi de la bioaccumulation des éléments toxiques contenus dans les vases grâce à l’implantation de 7 cages à moules mouillées de 2 à 10 km du site d’immersion. Cette expérimentation animale menée par Ifremer est totalement inutile au regard du désastre écologique qui frappe à coup de métaux lourds et de PCB, perturbateurs endocriniens, l’ensemble de la baie de Seine de l’Est à l’Ouest et de haut en bas.

Lire la suite

Les poissons mangent les baleines

12 juil. 2011

63ème réunion plénière de la Commission Baleinière Internationale Jersey 11 – 14 juillet 2011
Communiqué n°2

Les partisans de la chasse à la baleine disent à satiété que les baleines doivent être régulées pour éviter la compétition avec les activités de pêche. Les documents issus de la chasse « scientifique » japonaise débordent d’estomacs de baleines pleins de petits poissons pélagiques. Pour Robin des Bois, défenseur des baleines, le temps est venu de démontrer avec objectivité que les baleines ont de nombreux effets positifs sur l’ensemble de l’écosystème marin et même hors mer, on ne peut pas reprocher aux baleines de tout prendre et de ne rien rendre à l’usage des hommes qui effectivement prennent tout à la mer et ne lui rendent rien, si ce n’est des pollutions multiples et des nuisances en croissance.

Lire la suite

La vigilance reste de mise à Sète

9 mai 2011

La vigilance reste de mise à Sète

Des sources syndicales et scientifiques nous ont informés dès le 1er mai que des thoniers battant pavillon libyen stationnés dans le port de Sète, faisaient l’objet de mouvements et de chargements inhabituels et inattendus. Une senne (filet coulissant) de 2,4 km a été à cette occasion transférée sur le Grnda , port d’attache Tripoli. Ces mouvements ont été confirmés par la capitainerie du port de Sète. Ces prémices d’appareillage étaient d’autant plus surprenants qu’une consigne informelle émanant des autorités maritimes appelait à veiller à ce qu’aucun navire libyen prenne le large.

Lire la suite

De la Croix-Rouge au thon rouge

4 mai 2011

De la Croix-Rouge au thon rouge

Les thoniers battant pavillon libyen basés à Sète sont en train de charger des vivres et des filets. Leur départ vers le golfe de Syrte serait imminent. Pourtant, selon les dernières informations disponibles, le régime en place en Libye a suspendu la pêche au thon par des navires libyens ou étrangers pour la saison 2011 « en raison des circonstances exceptionnelles ». Les pêcheurs sétois qui gèrent ces thoniers appartenant tous à des armateurs de Tripoli auraient trouvé un accord avec « un nouvel homme fort du thon rouge à Benghazi » où est basé le Conseil National de transition libyen.

Lire la suite

La Libye maintient son ambassade à Sète

12 avril 2011

Malgré le conflit en cours et la rupture des relations diplomatiques entre la France et la Libye, la ville de Sète et son cœur touristique continuent à représenter sans gêne le régime du célèbre colonel. Dix thoniers revendiquant fièrement leur port d’attache et leurs liens administratifs et financiers avec Tripoli ornent les quais et les terrasses des cafés. Les bateaux mouches de Sète quittant le pont de l’ancienne ville laissent à droite une partie de la flottille libyenne et déclament au porte-voix que « depuis toujours les thoniers sétois partent à la pêche au thon rouge exclusivement en Méditerranée».

Lire la suite

Contamination radioactive des poissons

25 mars 2011

Séisme et tsunami au Japon
Communiqué n°9

Contrôle radiologique des poissons et autres produits de la mer pêchés dans le Pacifique du Nord Ouest.

Les autorités françaises et européennes ne semblent pas avoir pris la mesure de toutes les difficultés soulevées par le contrôle des poissons et autres produits de la mer susceptibles d’être contaminés par les dépôts atmosphériques et les rejets liquides radioactifs dans les eaux côtières et hauturières du Pacifique du Nord Ouest. C’est la zone de production la plus productive de l’Océan Mondial. Elle est exploitée par les flottes du Japon, de la Chine, de la Corée du Sud, de Taïwan et de la Russie. La pêche IUU – illicite, non déclarée et non réglementée- y est très active.

Lire la suite

Partenariat franco-libyen sur le thon rouge

2 mars 2011

Dans le cadre d’accords de pêche négociés avec le régime et la famille du colonel Kadhafi, des thoniers exploités par des intérêts français battent pavillon libyen et bénéficient de quotas de thon rouge dans le golfe de Syrte. Les propriétaires des navires sont libyens et basés à Tripoli. Les équipages sont en majorité français et théoriquement assujettis aux normes sociales libyennes. Ces navires sont inscrits dans les registres de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique et des eaux adjacentes -CICTA-. Il s’agit de navires qui battaient pavillon français, notamment le Jarjaroma ex Rozine Arthur, l’ AOEA ex Jean-Marie Christian II, le Ras Etin ex Marcal II, le Regatta ex Jean-Marie Christian, le Al Hilal ex Raymond Elise. Le Deela ex Nona Assunta battant auparavant pavillon italien se trouve aussi à l’heure actuelle dans le port de Sète.

Lire la suite