Pillage, commerce et maltraitance

Vivants ou morts, entiers ou en morceaux, les animaux sauvages sont une marchandise ordinaire à vendre au plus offrant jusqu’à l’extinction de l’espèce. Les réseaux criminels s’enracinent, s’enrichissent, se mondialisent et se diversifient. La faune est traquée pour décorer, habiller, faire bander, guérir, divertir et se nourrir. Un cauchemar. Depuis juillet 2013, Robin des Bois publie « A la Trace », trimestriel unique sur le braconnage et la contrebande de la faune sauvage, sur les risques sanitaire du commerce international et sa cruauté. La disparition progressive de la faune sauvage prive la Terre de ses plus belles couleurs.

« A la Trace » n°21, le bulletin de la défaunation

31 juil. 2018

« A la Trace » n°21, le bulletin de la défaunation

Trimestriel d’information et d’analyses sur le braconnage et la contrebande d’animaux
792 évènements du 1er avril au 30 juin 2018
124 pages, 4,7 Mo

Lire la suite

« A la Trace » n°20, le bulletin de la défaunation

21 mai 2018

« A la Trace » n°20,  le bulletin de la défaunation
Lire la suite

« A la Trace » n°19, le bulletin de la défaunation

26 févr. 2018

« A la Trace » n°19, le bulletin de la défaunation
Lire la suite

Bulletin « A la Trace » n°18

24 nov. 2017

Bulletin « A la Trace » n°18

« A la Trace » n°18
Bulletin trimestriel d’information et d’analyses sur le braconnage et la contrebande d’animaux
748 événements du 1er juillet au 30 septembre 2017
124 pages illustrées
pdf – 4,3 Mo

KO et Ciao les ormeaux (Haliotis spp.) – p.5
Le Ministère des pêches sud-africain a suspendu le 7 août l’attribution des permis de pêche. La capture des ormeaux est aux mains des gangs du Cap et de la mafia chinoise. Sur le marché local, le prix au kg atteint 400 US$. Il était de 40 US$ en 2008. La violence et la corruption sont quasiment les seules aujourd’hui à encadrer l’exploitation et la contrebande des gastéropodes marins. Même les élevages sont pillés.
L’Union Européenne et notamment la France, l’Espagne, l’Italie, le Portugal et le Royaume-Uni seraient bien inspirés d’examiner avec attention ce marché noir issu au départ de la pêche de loisirs et de subsistance et d’en tirer les leçons pour prévenir l’extinction des ormeaux et d’autres espèces inféodées aux rochers et à l’estran.

Lire la suite

Bulletin « A la Trace » n°17

1 août 2017

Bulletin « A la Trace » n°17

Bulletin d’information et d’analyses sur le braconnage et la contrebande d’animaux
764 événements du 1er avril au 30 juin 2017
128 pages illustrées
4,4 Mo

Ormeaux, strombes, bénitiers et conques (p. 4)
Toujours un trafic soutenu et massif entre l’Afrique du Sud et la Chine. Une morgue et des fausses cargaisons de granulés de plastique témoignent de la créativité et du culot de la filière de contrebande. Les sanctions pénales et financières sont fortes. La valeur des saisies dépasse le million d’US$. Les chiens renifleurs sont sur le coup.

Lire la suite

Bulletin « A la Trace » n°16

19 mai 2017

Bulletin « A la Trace » n°16
Lire la suite

Le Mondial du braconnage et de la contrebande

2 févr. 2017

Le Mondial du braconnage et de la contrebande
Lire la suite

Une nouvelle ère pour les éléphants

30 déc. 2016

Le gouvernement chinois décide de la fermeture de son marché domestique de l’ivoire. Dans un premier temps, au plus tard le 31 mars 2017, les ateliers agréés de transformation d’ivoire n’auront plus le droit d’exercer cette activité. Dans un deuxième temps, au plus tard le 31 décembre 2017, les magasins agréés de vente d’ivoire au détail devront abandonner ce marché. Ces ateliers et magasins étaient alimentés par de l’ivoire « légal » en provenance de certains pays d’Afrique australe et par de l’ivoire provenant du braconnage à travers le continent africain.
La reconversion des ateliers et des commerçants sera accompagnée.
La lutte contre la contrebande de l’ivoire brut et des ivoires travaillés et les ateliers clandestins de transformation d’ivoire va être renforcée.
Des efforts d’information envers les consommateurs vont être intensifiés pour « créer un environnement favorable à la protection des éléphants, des autres animaux sauvages et de la flore » selon l’annonce du gouvernement chinois.
« Pour des raisons culturelles », la seule activité commerciale d’ivoire autorisée sera la vente aux enchères d’antiquités certifiées.

Lire la suite

La Chine veut aussi la peau de l’âne

19 déc. 2016

La Chine veut aussi la peau de l’âne

Une véritable explosion des exportations de peaux d’ânes à destination de la Chine est observée depuis un an du nord au sud de l’Afrique. Les pays les plus touchés sont l’Egypte, le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Kenya, la Tanzanie, le Botswana et l’Afrique du Sud. En Egypte, le prix d’un âne était de 17 € il y a 2 ans. Il se vend 10 fois plus cher aujourd’hui.
Le Burkina Faso est le symbole de cette foudroyante persécution.
– 1er trimestre 2015 : 1000 peaux exportées.
– 4ème trimestre 2015 : 18.000 peaux.
– 1er semestre 2016 : 65.000 peaux.

Lire la suite

Vol d’ivoire dans la baie de Seine

30 nov. 2016

Vol d’ivoire dans la baie de Seine

V2

Un cachalot adulte s’est échoué dans la Seine aval le vendredi 25 novembre 2016 à côté de Port 2000, Le Havre. Le cadavre est toujours en place. Des voleurs ont arraché ou coupé les dents d’ivoire. Un spécialiste en recherche biologique après des échouages de cachalots confirme que des dents sont volées sur les carcasses peu de temps après leur découverte.

Lire la suite
Page 1 sur 912345Dernière page »