Eléphants et ivoires

En 1986, Robin des Bois publie « Eléphants et ivoire végétal ». Un an plus tard, une élégante bande d’éléphants masqués tout droit sortis d’Art Déco et de Sherwood envahit les trafiquants d’ivoire à Paris. En 1988 les éléphants masqués saluent à Lausanne la décision d’interdire le commerce international de l’ivoire. Une victoire colossale. En 1997, le cartel de l’ivoire réussit à rouvrir les vannes du commerce international. Une défaite abyssale. C’était à Harare capitale du Zimbabwe. Le journal gouvernemental titre « L’Afrique australe gagne la guerre de l’ivoire ». Robin des Bois répond par « Harare humanum est ». De cette erreur, les éléphants ne se remettent pas.

Pékin 2008 : les anneaux sont en ivoire

31 juil. 2008

Pékin 2008 : les anneaux sont en ivoire

Le 16 juillet 2008 à Genève, trois semaines avant le début des Jeux Olympiques, la Chine a obtenu le statut de partenaire commercial du trafic légal de l’ivoire. Cette distinction renforce aussi sa position incontestée de leader du trafic illégal de l’ivoire. Des milliers de commerçants détaillants en ivoire à travers la Chine pourront avoir la tête haute et recevoir sans problèmes les touristes. Dans quelques mois conformément au processus mis au point par la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction,), la vente aux enchères de 108 tonnes d’ivoire détenues par l’Afrique du Sud, le Botswana, la Namibie et le Zimbabwe sera dynamisée par la présence de deux acheteurs, le Japon jusqu’alors seul candidat potentiel et la Chine. Un peu d’ivoire légal suffit à blanchir beaucoup d’ivoire illégal et il n’y a aucun doute sur le fait que le prix de la matière première va s’envoler après cette entrée de la Chine à la bourse internationale de l’ivoire.

Lire la suite

Principales décisions de la 14ème CITES

15 juin 2007

Lire la suite

L’Afrique solidaire, l’éléphant s’impose

14 juin 2007

La Haye, Pays Bas

14e session de la conférence des parties de la Convention de Washington, sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées dextinction (CITES).

L’Afrique australe, depuis plusieurs années, organise des tournées à travers le monde pour militer en faveur du commerce international de l’ivoire tel un rouleau compresseur. Le reste du continent africain subissait. Mais depuis la dernière session de la CITES à Bangkok en 2004, la riposte des pays dont les populations d’éléphants sont les plus fragmentées et fragiles s’organise et a été formalisée à cette session par une demande de moratoire sur le commerce international de l’ivoire pendant 20 ans présentée par le Mali et le Kenya, soutenue par une vingtaine de pays africains.

Lire la suite

Ça chauffe aussi pour les éléphants

6 juin 2007

14e session de la conférence des parties de la Convention de Washington, sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) – La Haye, Pays Bas

Alors qu’il lui est demandé de militer pour la suspension du commerce international de l’ivoire, M. Juppé, Ministre d’Etat, Ministre de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement Durables assure dans un communiqué daté du 4 juin que « la France continuera à plaider sans relâche pour un renforcement de la lutte contre le braconnage et le commerce illégal de l’ivoire… »

Lire la suite

Le poing sur les Eléphants

4 juin 2007

Les réunions préliminaires à la 14eme session de la conférence des parties à la Convention de Washington sur les espèces animales et végétales menacées d’extinction se sont déroulées dans des conditions glaciales à Paris. La dernière a eu lieu le 15 mai 2007. A cette occasion, les membres de la délégation française ont redit que la France était défavorable à la proposition du Kenya et du Mali sur la suspension du commerce international de l’ivoire pendant 20 ans. Cette position serait partagée par la majorité des membres de l’Union Européenne. Ce qui reste à prouver. Il se pourrait plutôt que la France tente d’imposer sa position à l’Union Européenne. La présence du délégué général de la Confédération des Métiers et des Utilisateurs des Ressources de la Nature (Comurnat) au sein de la délégation française et même au sein du ministère de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement Durables (MEDAD) depuis quelques semaines est à cet égard très instructive et très inquiétante.

Lire la suite

Clôture à Bangkok

14 oct. 2004

Convention sur le commerce international d’espèces animales et végétales menacées d’extinction (CITES ou Convention de Washington)

13ème assemblée plénière de la CITES. 166 pays membres. 155 organisations professionnelles, syndicales, de protection de l’environnement. Le 1er Ministre Thaïlandais a rappelé dans le discours d’ouverture que le trafic des espèces animales et végétales est intégré au trafic d’armes et de stupéfiants. Certains poissons, à l’issue de la réunion, accèdent au rang d’animaux à protéger. L’annexe I interdit le commerce international, l’annexe II l’encadre.

Lire la suite

Bangkok: on achève bien les éléphants

11 oct. 2004

Bangkok – Convention sur le commerce international d’espèces animales et végétales menacées d’extinction (CITES ou Convention de Washington)

En première lecture, les propositions du Kenya, en partie inspirées par sa Secrétaire de l’Environnement qui vient d’être distinguée par le prix Nobel de la Paix, viennent d’être rejetées, malgré les votes favorables (liste non exhaustive) du Mali, du Libéria, de la Côte-d’Ivoire, du Sénégal, du Tchad, du Congo, du Togo et de l’Union Européenne. Elles visent à suspendre le commerce international de l’ivoire.

Lire la suite

Ivoire.com

8 oct. 2004

Bangkok
Convention sur le commerce international d’espèces animales et végétales menacées d’extinction (CITES ou Convention de Washington)

Il y a de moins en moins d’éléphants sur terre, et de plus en plus d’ivoire sur le marché mondial ; dans l’hyper d’E-Bay, les gondoles pleines à craquer offrent des bagues qui portent bonheur, des barres d’ivoire multi-usages, des pseudos-antiquités non documentées, des bustes de femmes, des fruits et des œufs qui procurent longévité et fécondité. Le plus gros site de ventes aux enchères sur internet présente en moyenne 2.000 nouveaux objets en ivoire par semaine. le 7 octobre 2004, 313 objets en ivoire sont présentés sur les étagères francophones. Sur Aucland.fr sont présentés 40 objets en ivoire et sur Onatoo.com 13. Les lots sont expédiés par colissimo, Federal Express ou tout autre système de messagerie, et échappent globalement aux contrôles douaniers. Sur la place de Paris, les experts s’étonnent du taux de renouvellement des « antiquités » en vente.

Lire la suite

Un pacifique entre deux guerres

29 sept. 2004

Bangkok – Convention sur le commerce international d’espèces animales et végétales menacées d’extinction (CITES ou Convention de Washington)

Par voie de résolution, le Parlement Européen vient de demander aux pays-membres de l’Union et à la Commission d’appliquer le principe de précaution à la prochaine CITES, et de soutenir la proposition du Kenya pour un moratoire de 20 ans sur le commerce international de l’ivoire. 12 pays africains ont déjà exprimé leur soutien à cette proposition en juin dernier à Paris. La France a annoncé qu’elle la soutenait également mais sous certaines réserves notamment sur la durée du moratoire. La 13ème Conférence des Parties de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES ou Convention de Washington) se tiendra à Bangkok du 2 au 14 octobre 2004, en présence de 166 pays-membres, de nombreux groupes de défense des chasseurs ou des chassés et de Robin des Bois.

Lire la suite

Utimes décisions

15 nov. 2002

Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore sauvages menacées d’extinction
CITES 2002 – Santiago du Chili

Suite au communiqué de Robin des bois en date du 14 Novembre, intitulé « Feu vert pour le pillage en mer », il est plus pertinent aujourd’hui de parler de « feu orange ». En effet, à la suite d’un retournement inattendu mais souhaité par toutes les ONG observatrices à la CITES, la dernière réunion plénière réunie aujourd’hui à Santiago du Chili a décidé d’inscrire le requin baleine et le requin pèlerin en annexe II, ce qui obligera les pays exportateurs et importateurs à délivrer des certificats d’exportation et d’importation.

Lire la suite