Usines offshore

L’humanité découvre un nouveau satellite : l’océan. La mer est la nouvelle lune. C’est promis. Le 21ème siècle et les suivants seront maritimes ou ne seront pas. L’offshore éolien est un cheval de Troie. Le foncier marin est immense et il n’y a pas des voisins pour se plaindre. Après l’étalement urbain vient le temps de l’étalement marin. Aux entraves des plates-formes d’hydrocarbures abandonnées ou en exploitation s’ajouteront les usines sur l’eau, les mines sous-marines, les stockages de CO2, les unités de dessalement. La mer à boire, à trancher et à consommer sans modération. Qu’en pensent les baleines et les poissons ?

La ruée vers la mer

25 janv. 2011

Après avoir vidé la mer de poissons, ils voudront la remplir d’usines. Cette prémonition, Robin des Bois l’évoque depuis plusieurs années (cf journal Le Monde 11/01/2007).

Les centrales éoliennes off-shore sont les précurseurs d’autres installations industrielles dans les eaux côtières et peu profondes au large. AREVA, EDF et DCNS (ex Direction des Constructions Navales) n’ont-elles pas dévoilé la semaine dernière leur projet de fermes nucléaires sous-marines ? (1). Saluons dans ce domaine les noces symboliques de l’éolien et du réacteur EPR de Penly dans la Manche !

Lire la suite

Le serpent de mer nucléaire

20 janv. 2011

Il fallait bien que ça arrive un jour, depuis le temps que Technicatome puis Areva essayent de ressusciter le nucléaire civil en mer, après les espoirs et les échecs de la propulsion nucléaire pour les navires de surface incarnés par l’Otto Hahn, navire marchand allemand soutenu par Euratom et récemment démantelé dans la baie d’Alang (voir « A la casse.com » n°18). Le projet Flexiblue porté par la DCNS n’est rien d’autre qu’un sous-marin coulé, concept inauguré par les Etats-Unis le 10 avril 1963 avec le Thresher dans l’Atlantique. Au lieu d’être coulé par accident, le projet Flexiblue l’est volontairement et son énergie acheminée sur les lieux de consommation par câbles sous-marins. Le projet nucléaire de DCNS se pare du doux vocable de « ferme ». Après la ferme éolienne off-shore, c’est le tour de la ferme nucléaire sous-marine. La langue de bois fonctionne à plein tube. Les mots damnés de terrorisme, de rejets radioactifs, de déchets nucléaires, de collision, de chaluts sont bannis.

Lire la suite

Des centrales nucléaires flottantes à travers le monde

10 sept. 2010

Des centrales nucléaires flottantes à travers le monde

La première centrale nucléaire flottante russe a été lancée fin juin 2010 (photo n°1) et ses deux réacteurs d’une capacité de 35 MW x 2 seront installés avant 2012 selon les autorités russes. Des retards sont toutefois possibles. Cette nouvelle activité nucléaire est inquiétante, en particulier parce que la gestion des déchets radioactifs des brise-glace et sous-marins nucléaires russes reste non résolue de même que leur démantèlement en fin de vie.

Lire la suite

Trafigura rattrapé par le mercaptan et l’hydrogène sulfuré

23 juil. 2010

Bref rappel des faits en fin de communiqué

Alors que le Gulf Jash, ex-Probo Koala, quitte les eaux noires du Golfe du Mexique et que l’Aristos II, autre tanker affrété par Trafigura, est en cours de démolition dans les vases de Chittagong au Bangladesh, le jugement du tribunal d’Amsterdam braque à nouveau les projecteurs sur le monde obscur des traders et du trafic maritime.

Les efforts de désinformation de la multinationale Trafigura sont démentis. Selon ses portes-parole, ses avocats et ses conseillers en communication, tout ce qui s’est passé à Abidjan ne serait qu’un « mythe ». Le jugement d’Amsterdam confirme que les déchets de la désulfuration produits à bord du Probo Koala par le procédé Merox étaient dangereux. 4 ans après l’escale hollandaise du Probo Koala, ce jugement met fin à la prétendue irresponsabilité de Trafigura. Malgré la stratégie de dilution des responsabilités en vigueur dans le monde maritime, chaque maillon de la chaîne, en mer et à terre, est rattrapé par la justice.

Lire la suite

Traf ment gravement

28 juin 2010

Objet : procès Trafigura/Probo Koala à Amsterdam

A la barre du tribunal d’Amsterdam, Trafigura est aussi manipulateur qu’à la barre du Probo Koala. Tous les dommages du raffinage en mer du naphta hyper soufré de Pemex* et tous les risques sanitaires des déchets de désulfuration ne seraient qu’un « mythe » colporté par les écologistes, les journalistes et les politiques : « Il n’a pas été prouvé que les évènements de Côte d’Ivoire [la dispersion des déchets du Probo Koala à Abidjan] aient nuit à la santé des populations ni même qu’ils aient été en capacité de le faire » a déclaré d’entrée dans sa plaidoirie l’avocat de Trafigura.

Lire la suite

Les baleines noires

23 juin 2010

Communiqué n°3
Commission Baleinière Internationale
21-25 juin 2010 Agadir – Maroc

Lire la suite

Le Probo Koala à la barre

31 mai 2010

Entre le 2 et le 5 juillet 2006 dans le port d’Amsterdam, le tanker Probo Koala a déchargé, puis avec l’aval des autorités néerlandaises, rechargé ses déchets chimiques. Après avoir transité par l’Estonie, ils ont été abandonnés à Abidjan, Côte d’Ivoire, en août 2006.

Demain, mardi 1er juin 2010 s’ouvre aux Pays-Bas un procès visant à établir les responsabilités de chacun dans les faits commis à Amsterdam. Naeem Ahmed, dit Skipper, instigateur du concept de raffinerie flottante et planificateur pour Trafigura de l’escale du Probo Koala à Amsterdam devrait s’expliquer le 9 juin de même que Sergueï Chertov, commandant ukrainien et laconique. Lors d’un premier procès, la société Amsterdam Port Services initialement chargée de traiter les déchets a été condamnée à 450.000 euros d’amende et son dirigeant à 240 heures de travaux d’intérêt général dont la moitié avec sursis ; ils vont à nouveau comparaître. Trafigura ne risque rien au regard du désastre d’Abidjan : au maximum, une amende de 1,34 million d’euros.

Lire la suite

Probo Koala, le livre

19 mai 2010

Probo Koala, le livre

Un bateau insaisissable se moque des Etats dans le monde entier. Il se faufile grâce aux faiblesses des uns et aux complicités des autres, manipulé par une tribu qui recycle en or les bas-fonds des stockages pétroliers. Cet éternel fugitif a semé la mort et la panique en débarquant 500 tonnes de déchets à Abidjan, Côte d’Ivoire.

L’histoire vraie du Probo Koala se vit comme une chronique sociale, un roman policier et un exemple édifiant des délires de la mondialisation.

Au centre de la toile d’araignée, Trafigura, dernier avatar d’une dynastie de traders du pétrole, des métaux et des minerais, dirige ses bateaux fantômes avec beaucoup de créativité et une bonne dose d’adrénaline.

Lire la suite

Le précédent Ixtoc 1

17 mai 2010

Note d’information n° 1
Marée noire dans le golfe du Mexique

A partir du 3 juin 1979, le golfe du Mexique subit un désastre écologique et économique dû à l’explosion d’une plate-forme d’exploration du gisement de pétrole IXTOC 1 dans la baie de Campeche. La SEDCO 135, une plate-forme semi-submersible travaille pour le compte de Petroleos Mexicanos (PEMEX). Le plancher de la mer est à moins 52 mètres. Le jour du sinistre, le forage atteint moins 3.657 mètres de profondeur sous les sédiments marins. Une anomalie dans l’injection des boues de forage qui maintiennent le pétrole dans sa cavité géologique sous-marine a provoqué l’éruption du brut au fond de la mer. Le dispositif de fermeture de la tête du puits (BlowOut Preventer, BOP) n’a pas fonctionné. Les vapeurs explosives ont enflammé la plate-forme qui a coulé, recouvert la tête du puits et répandu 3.000 mètres de tuyaux et une nappe de déchets au fond de la mer. La fuite initiale est estimée à 30.000 barils soit 4.770 tonnes par jour. Une intervention de plongeurs sous-marins et de robots pilotés par Red Adair et d’autres experts réussit à enclencher le BOP. Mais la pression est telle que le pétrole arrache les soupapes de sécurité et l’ensemble du dispositif de fermeture.

Lire la suite

Probo Koala : Plainte contre les Pays-Bas et l’Estonie

6 avril 2010

Communiqué commun avec l’association Sherpa

Les associations SHERPA et ROBIN DES BOIS annoncent le dépôt d’une plainte auprès de la Commission Européenne à l’encontre des Pays-Bas et de l’Estonie stigmatisant les manquements de ces États concernant le traitement des déchets toxiques du Probo Koala.

Rappelons que ces manquements ont conduit au déversement illégal en août 2006 de plus de 500m3 de déchets hautement toxiques qui ont entraîné le décès d’au moins 16 personnes, l’intoxication de plus de 100 000 habitants et un préjudice environnemental majeur à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire.

Lire la suite