Démolition des navires

Après l’affaire du porte-avions Clemenceau, Robin des Bois a voulu y voir clair dans le monde de la démolition et du recyclage des vieux navires de commerce et militaires en fin de vie. A cet effet, un bulletin trimestriel d’information et d’analyses a été mis en chantier et lancé en 2006. Chaque numéro de « A la casse », « Shipbreaking » en version anglaise, est un tour du monde des meilleures techniques disponibles et beaucoup plus nombreuses des pires techniques disponibles. Un gros succès éditorial épluché par les spécialistes du monde entier. Dans « A la Casse » bat le pouls de la mondialisation.

A 62 ans, l’ex-Chambord part à la casse

29 nov. 2017

A 62 ans, l’ex-Chambord part à la casse

Le Chambord, pétrolier de la Société Maritime des Pétroles BP a été construit à Dunkerque par les Ateliers et Chantiers de France. Le 11 janvier 1955, sa cérémonie de lancement sous pavillon français avait été présidée par Jacques Chaban-Delmas, ministre des Travaux Publics, des Transports et de la Marine Marchande devant un parterre de notables arrivés par deux trains spéciaux et une flottille de cars et voitures. Avec ses 203,39 m de longueur, 26,25 m de largeur et ses 33.000 t de port en lourd, c’était un géant et le fleuron de la flotte pétrolière française. Cabines individuelles et climatisées pour tous, salles de bain privées avec douche pour les officiers, distributeurs d’eau fraîche dans toutes les coursives, frigos à tous les postes et piscine d’eau de mer, c’était un symbole de renaissance et de progrès universel. Trois sisterships sont sortis des chantiers de Dunkerque entre 1955 et 1958, les Chenonceaux, Cheverny et Chaumont. Le Chambord avait effectué son voyage inaugural entre Marseille et Al Ahmadi (Koweït) en mai 1955. Pendant 17 ans, il a approvisionné les raffineries BP de France.

Lire la suite

La baie d’Alang sous la menace radioactive de 3 navires européens

11 oct. 2017

Coup sur coup, la baie d’Alang, Etat du Gujarat, Inde, les plages et les ouvriers accueillent 3 navires appartenant à des armateurs européens susceptibles de contenir des « points chauds » de radioactivité.

1- Le BBC Shanghai, transporteur de déchets radioactifs notamment entre la France et l’Australie (Cf. « BBC Shanghai, un risque radioactif pour l’Asie« , 12 septembre 2017)

2- L’Atlantic Cartier construit en 1985 à Dunkerque, France. Il bat pavillon suédois. C’est un roulier porte-conteneurs capable dans sa configuration initiale de transporter 2100 boîtes et 600 voitures. Il a été jumboïsé en 1987. L’Atlantic Cartier a été victime d’un incendie majeur dans le port de Hambourg dans la nuit du 1er mai 2013.

Lire la suite

Le Rio Tagus s’enlise à Sète

25 sept. 2017

Les autorités françaises tardent à prendre une décision finale concernant le Rio Tagus. A ce jour, elles envisagent l’exportation du vieux cargo dans le cadre de la réglementation sur les mouvements transfrontaliers de déchets mais ne répondent pas à 2 questions primordiales. Le Rio Tagus peut-il être dispensé de l’application de la réglementation européenne sur le démantèlement des navires? Le Rio Tagus peut-il être remorqué en respectant les exigences de sécurité maritime et de protection de l’environnement?

Lire la suite

BBC Shanghai, un risque radioactif pour l’Asie

12 sept. 2017

BBC Shanghai, un risque radioactif pour l’Asie

Octobre 2015. Le BBC Shanghai appartenant à l’armateur allemand Briese Schiffahrts GmbH & Co KG est à la une de l’actualité mondiale du transport maritime. Il a été sélectionné par l’opérateur nucléaire français AREVA pour expédier en Australie des déchets radioactifs retraités dans l’usine normande de La Hague. Pourtant, le navire affiche en matière de déficiences techniques un bilan calamiteux attesté par les autorités maritimes de tous les continents; il avait été détenu à 3 reprises à Bilbao (Espagne), Gladstone (Australie) et en mars 2015 à Honolulu (Hawaï, Etats-Unis). La mobilisation internationale pour réclamer l’affrètement d’un navire sûr n’y fera rien, le BBC Shanghai charge 25 tonnes de déchets radioactifs et quitte Cherbourg (France) le 15 octobre à destination de Port Kembla près de Sydney. L’Indonésie lui interdit l’accès à ses eaux. Il arrive à Port Kembla le 5 décembre après un voyage de 25.000 km.

Lire la suite

Bulletin « A la Casse » n°48. 284 navires démolis dont 81 dynamités

31 juil. 2017

Le Bangladesh a le plus mauvais ratio- 42 navires -– 3 morts.
L’Indonésie a le meilleur rendement. 81 bateaux de pêche illégale coulés en 15 secondes.

Palaos est le pavillon corbillard à la mode ce trimestre. 11 navires ont hissé son pavillon juste avant de partir à la casse. 17 des 45 navires dépavillonés pour le dernier voyage appartenaient à des armateurs européens.

Les prix d’achats par les chantiers pour ce deuxième trimestre 2017 se situent autour de 350 US$ la tonne dans le sous-continent indien et 250 US$ en Chine et en Turquie. Le tonnage cumulé des navires ferraillés est de 1,6 million de tonnes. Le tanker Catherine Knudsen construit à Nagasaki en 1992 appartenant à un armateur norvégien et battant pavillon de la Norvège a été vendu plus de 8 millions US$. Il a été mis sous pavillon Palaos pour son dernier voyage.

Lire la suite

L’Europe exporte des déchets radioactifs au Bangladesh

16 juin 2017

L’Europe exporte des déchets radioactifs au Bangladesh

236 m de long. Le North Sea Producer, enfant chéri de Maersk, 1er armateur mondial, a été pendant 18 ans un bon serviteur de l’industrie pétrolière en mer du Nord.
Cet ex tanker lancé au Danemark sous le nom de Dagmar Maersk en 1984 a été converti 12 ans plus tard en navire de production et de stockage de pétrole offshore. Il était stationné sur le champ pétrolier de Mc Culloch au nord d’Aberdeen. Mis à la retraite en 2015 sur les bords de la Tees à côté du chantier Able UK d’Hartlepool qui a démoli l’ex porte-avions français Clemenceau, le North Sea Producer a quitté en remorque l’Europe. Maersk a choisi le Bangladesh pour sa fin de vie. Dans les 9 dernières années, 161 ouvriers ont été tués sur les plages d’échouage de Chittagong. Maersk ne s’arrête pas à ces détails. Ce qui compte c’est de vendre au meilleur prix. Les ferrailleurs du Bangladesh ont offert plus de 6 millions d’US$ pour le North Sea Producer.

Lire la suite

Démolition du Rio Tagus: courrier aux autorités

1 juin 2017

Objet: démolition du navire Rio Tagus

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire

Madame la Ministre des Transports

Madame la Directrice régionale adjointe (DREAL Occitanie)

Monsieur le Directeur de l’Unité Départementale Hérault (DREAL Occitanie)

Monsieur le Directeur du Centre de Sécurité des Navires de Languedoc-Roussillon

Nous attirons votre attention sur le cas du Rio Tagus, vieux cargo abandonné dans le port de Sète depuis octobre 2010 dont le seul avenir est la démolition. Cet ex navire a été vendu aux enchères en octobre 2016 pour 11.000 € à un ferrailleur installé en Espagne à Vinaros au sud de Barcelone.

Lire la suite

Bulletin « A la Casse » n°47. Le pur miroir de la mondialisation

5 mai 2017

Bulletin « A la Casse » n°47. Le pur miroir de la mondialisation

Du 1er janvier au 31 mars 2017, sur 240 navires, 225 étaient en cours de destruction en Inde, au Bangladesh, au Pakistan, en Chine et en Turquie. 44 sont partis en Asie pour leur dernier voyage sous des pavillons d’opportunité financière ou diplomatique comme Saint-Kitts-et-Nevis, Palaos, Togo, Niue ou Mongolie. 76 avaient été construits en Europe avec de l’acier européen et de l’amiante russe ou canadien. Seulement 5 navires sont en cours de destruction dans des chantiers européens.

Lire la suite

Bulletin « A la Casse » n°46 – Le Mondial de la démolition des navires

31 janv. 2017

Bulletin « A la Casse » n°46 – Le Mondial de la démolition des navires

« A la Casse » n°46, bulletin d’information et d’analyses sur la démolition des navires
du 1er octobre au 31 décembre 2016

L’Union Européenne a publié le 19 décembre 2016 sa 1ère liste de chantiers de démolition agréés.

– L’Allemagne garde les mains propres. En mer du Nord ou en Baltique, elle ne propose aucune solution de démolition pour ses navires de pêche, sa flotte militaire et ses porte-conteneurs. Elle exporte ses déchets en Turquie, en Inde, au Bangladesh et un peu dans les pays baltes.

Lire la suite

Série noire et marées noires

6 janv. 2017

Les remorquages de vieux navires vers les chantiers de démolition se terminent souvent mal. En 2012, le FAS Provence, remorqué vers Aliaga avait coulé au sud de Malte. En 2013, le Lyubov Orlova avait disparu dans l’Atlantique après avoir rompu son câble d’amarre le lendemain de son départ du Canada. La même année, le Georg Büchner, ex-Charlesville remorqué pour démolition de Rostock (Allemagne) vers Klaipeda (Lituanie) avait coulé au large de la Pologne. En 2014, le navire-école allemand Emsstrom parti d’Allemagne vers les chantiers de démolition turcs avait coulé  devant les côtes anglaises. En 2016, le Benita, rafistolé après un échouage, a coulé moins de 200 km après son départ de l’île Maurice.

Lire la suite
Page 1 sur 181234510Dernière page »