Pollutions et trafics

Les déchets produits en Europe et aux Etats-Unis et exportés par voie maritime dans des pays incapables de les stocker ont tracé la ligne directrice de Robin des Bois sur la gestion des déchets : proximité, responsabilité et solidarité. En vertu de ces trois principes, Robin des Bois ne s’oppose pas systématiquement à l’ouverture de lieux de stockage ou de traitement des déchets. Aujourd’hui, le trafic de déchets s’organise autour de directives européennes et de conventions internationales statiques, faciles à détourner et à interprétations multiples. Les déchets électroniques et d’autres ex-produits de consommation et de bien être « à recycler » prennent la fuite.

Le business continue pour le Probo Koala

16 oct. 2006

On vous l’avait bien dit (cf invitation à la conférence de presse tenue le 25 septembre 2006 à Abidjan) : le Probo Koala a été vendu par l’armateur grec Prime Marine Management en même temps que ses autres OBO carriers (transporteurs combinés minerai, vrac, pétrole).

Le contrat de vente des 6 OBO s’établit à 136 millions de dollars. Il est déplorable que le produit de la vente du Probo Koala ne soit pas versé à la Côte d’Ivoire en vue de contribuer partiellement aux réparations des dommages infligés à la population d’Abidjan et aux frais de regroupement des déchets déversés dans une quinzaine de sites autour et au cœur de la capitale de la Côte d’Ivoire. Avec le Probo Koala ont été vendus le Probo Bear, le Probo Elk, le Probo Emu, le Probo Panda (qui n’a rien à voir avec le WWF) battant tous pavillon des Iles Marshall alors que le Probo Koala bat pavillon de Panama .

Lire la suite

Des entraves pour la mission administrative ivoirienne en Estonie

11 oct. 2006

Note d’information n°5

La mission administrative nommée par le gouvernement de la Côte d’Ivoire suite au déversement à Abidjan de déchets débarqués du navire Probo Koala s’indigne de l’accueil qu’elle vient de recevoir à Tallinn en Estonie.

D’une part l’Estonie est un pays européen signataire de la convention MARPOL, de la convention de Bâle, du Mémorandum de Paris sur l’inspection des navires dans les états des ports, et assujetti à la directive européenne sur les installations de réception portuaires pour les déchets d’exploitation des navires et les résidus de cargaison. Ces quatre instruments de droit international sont susceptibles d’avoir interféré dans la gestion des déchets du Probo Koala.

Lire la suite

Déchets de Côte d’Ivoire : retour à l’expéditeur

29 sept. 2006

Les déchets toxiques épandus en Côte d’Ivoire les 19 et 20 août 2006 sont en cours de récupération, de conditionnement, de regroupement comme a pu le constater Robin des Bois à Abidjan. Etant donné que ces déchets ont été déposés il y a plus d’un mois, le curage des dépôts va générer une quantité finale supérieure à la quantité initiale d’environ 500 tonnes. Il est indispensable pour apaiser l’inquiétude des populations d’Abidjan que l’ensemble des déchets quitte la Côte d’Ivoire et revienne vers leur point de départ , c’est-à-dire l’Europe (Cf communiqué « Pour un charter des déchets » du 12 septembre 2006). Il n’y a pas au Pays-Bas, ni en Estonie d’installation susceptible d’éliminer par traitement thermique ces déchets annoncés comme des déchets d’exploitation des navires qui auraient dû être déchargés dans les ports d’Amsterdam ou de Paldiski. Ces installations sont disponibles dans divers pays européens comme la Finlande, l’Allemagne, la Belgique, et la France. Quels que soient le ou les sites de traitement sélectionnés après validation des différentes analyses contradictoires, il conviendra d’organiser une information du public et d’éviter les phénomènes de rejets qui ont été observés en 1988 quand des déchets frauduleusement stockés au Nigeria sont revenus en Europe à bord du Karin B (cf dossier de presse Robin des Bois de la conférence à Abidjan, chapitre « La première vague et le reflux » ou l’article sur le Karin B dans la Flèche et le Marin).

Lire la suite

Déchets toxiques en Côte d’Ivoire et incendies à répétition en France

19 sept. 2006

Pollution en Côte d’Ivoire : note d’information n°4

Monsieur Claude Dauphin, détenu en Côte d’Ivoire dans le cadre de l’enquête sur les déversements toxiques du Probo Koala, est un dirigeant de Trafigura (cf précédente note d’information). Il est présenté comme un disciple de Marc Rich (voir l’article « The Rich Boys » dans le BusinessWeek du 18 juillet 2005 et le communiqué de Robin des Bois « My pollueur is Rich » du 29 janvier 2003). Il a commencé sa carrière internationale à Londres en tant que courtier en produits pétroliers. Il a développé sous le nom de GDE -Guy Dauphin Environnement- une société familiale de récupération de métaux et de batteries dont le site historique est implanté à côté de Caen et dont la maison-mère est le groupe Ecore.

Lire la suite

Des hommes d’affaires français enlisés dans la mixture toxique d’Abidjan

14 sept. 2006

Pollution en Côte-d’Ivoire – Note d’information n°3

Claude Dauphin, actionnaire principal de Guy Dauphin Environnement qui connaît en France et ailleurs une croissance fulgurante dans le domaine du recyclage et mal maîtrisée sur le plan environnemental, serait aussi l’un des dirigeants du holding Trafigura. Trafigura est le holding de droit hollandais qui a affrété le Probo Koala (pavillon panaméen, armateur grec) navire responsable de la pollution en Côte d’Ivoire. Claude Dauphin a été par ailleurs le créateur à Londres d’une société de courtage de produits et de déchets pétroliers, Ecore, aujourd’hui absorbée par Trafigura. Une fois de plus il est démontré que les filières de recyclage et de courtage des déchets en l’occurrence pétroliers ne sont absolument pas maîtrisés par les Etats européens.

Lire la suite

Pollution en Côte d’Ivoire

12 sept. 2006

Pollution en Côte d’Ivoire – note d’information n° 2

Les explications tardives et emberlificotées de la multinationale Trafigura, courtier en produits pétroliers dont la maison mère est implantée aux Pays-Bas, sont destinées à dissimuler la terrible vérité. Trafigura a livré des déchets non-conformes à l’opérateur Amsterdam Port Services (APS), a refusé de payer le surcoût de traitement et n’a pas respecté la Directive 2000/59/CE du Parlement européen et du Conseil du 27 novembre 2000 sur les installations de réception portuaires pour les déchets d’exploitation des navires et les résidus de cargaison. Avec la complicité des autorités environnementales du port d’Amsterdam, le navire a déchargé puis rechargé ses déchets, a rejoint le port estonien de Paldiski où les résidus n’ont toujours pas été débarqués. Les logisticiens de Trafigura ont sélectionné le port d’Abidjan comme réceptacle final de ces déchets. Certes les conditions financières de réception à Abidjan sont nettement plus avantageuses qu’à Amsterdam mais les conditions d’élimination y sont aussi nettement inférieures, surtout quand les résidus de lavage et de cargaison contiennent du mercaptan, de l’hydrogène sulfuré et de la soude caustique.

Lire la suite

Pour un charter des déchets

12 sept. 2006

Nous souhaitons que dans la mesure du possible technique et pour éviter toute pathologie et inquiétude supplémentaires des populations d’Abidjan, les déchets épandus il y a un mois sur plus de 10 sites autour de la capitale de la Côte d’Ivoire soient regroupés, reconcentrés, reconditionnés et expédiés pour traitement en Europe. Il est tout simplement scandaleux qu’aucune initiative en ce sens n’ait encore été formulée ou entreprise par l’armateur, l’affréteur ou à défaut les autorités politiques européennes. Au-delà des polémiques sur d’éventuelles complicités en Côte d’Ivoire, il est évident que la volonté et le fait de décharger ces déchets toxiques dans un pays dont la filière d’élimination est quasiment nulle constituent un délit.

Lire la suite

Pollution en Côte d’Ivoire – note d’information n° 1

10 sept. 2006

Pollution en Côte d’Ivoire – note d’information n° 1

1) Sur le droit applicable aux résidus de cargaison ou déchets d’exploitation des navires:
Les résidus de cargaison pompés le 19 ou le 20 août à Abidjan dans les cuves du Probo Koala ne sont pas redevables de la convention de Bâle qui oblige théoriquement le pays exportateur de déchets et le pays importateur à établir un dossier bilatéral prouvant que le premier n’a pas les moyens techniques de traiter les déchets et que le second a les moyens techniques disponibles ou encore que les déchets exportés sont valorisables par le pays importateur. La convention de Bâle dans son texte fondateur exclut de son périmètre les déchets générés par l’exploitation des navires.

Lire la suite

Citron lave plus blanc

14 juin 2006

Le Centre International de Traitement des Ordures Nocives, Citron SA, occupe depuis quelques années dans le port du Havre une zone dite UX réservée aux installations polluantes et marquée par des activités industrielles superposées où les point zéro et la traçabilité des responsabilités sont impossibles ou difficiles à réaliser. Cette zone UX fait partie de l’écosystème de l’estuaire de la Seine et utilise pour ses rejets liquides le grand canal maritime du Havre, une voie d’eau industrielle et maritime qui pourrait aussi s’appeler le grand dépotoir. Robin des Bois s’intéresse à l’évolution de cette zone depuis 1985.

Lire la suite

L’Age du Faire radioactif

19 déc. 2005

L’explosion survenue chez Ecomet près de la centrale nucléaire de Sosnovy-Bor en Russie éclaire une fois de plus les dangers de la 2ème fusion des métaux contaminés par la radioactivité, et la diversité des pratiques et réglementations en vigueur dans ce domaine très spécial du recyclage. Des informations très intéressantes sur Ecomet sont rassemblées dès 1999 dans le numéro 33 de la Flèche, journal de Robin des Bois (cliquez ici pour accéder à l’article). Elles proviennent des déclarations orales et écrites des représentants d’Ecomet au cours de plusieurs colloques internationaux dont celui organisé par la Société Française d’Energie Nucléaire en mars 1998 à Avignon. Plusieurs experts des autorités de tutelle de l’énergie nucléaire en France, au Japon, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) et de la Communauté Européenne ont participé à l’organisation et aux débats de ce colloque. Le discours d’Ecomet n’a pas provoqué chez eux d’émotions ou de questions particulières.

Lire la suite