Déchets post-catastrophe

Réduire les risques et les déchets

24 oct. 2013

Communiqué GEIDE post-catastrophe

Après les catastrophes naturelles et technologiques, la sauvegarde de la vie humaine est prioritaire mais la prévention des pollutions et des dommages environnementaux est indispensable pour favoriser le retour à la normale. Les communes sinistrées produisent en quelques heures 10, 20, 100 fois le volume des déchets produits en une année. Cette surcharge pose des problèmes difficilement surmontables et à ce jour sous-estimés.

Dans l’hexagone, 15.000 communes sont soumises au risque inondation.
Plus de 21.000 communes sont soumises au risque sismique en France métropolitaine et ultramarine.
Les 107 communes de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Réunion et de Mayotte sont soumises au risque cyclonique.
Près de 6.000 communes sont officiellement menacées par le risque feu de forêt en métropole.

Lire la suite

Le cercle des déchets disparus dans le Pacifique

7 mars 2013

1 – Le voyage

Après le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011 sur la côte Est du Japon, Robin des Bois avait sonné l’alarme sur l’invasion de l’océan Pacifique par les déchets de la catastrophe et sur leur trajectoire circulaire. Robin des Bois avait en outre prédit qu’un courant marginal emmènerait des déchets vers l’Alaska. Deux ans après, ces prévisions se confirment et les Etats riverains du Pacifique Nord commencent à prendre conscience de la gravité et de l’amplitude du problème.

Lire la suite

Incendie et pollution

21 août 2012

L’incendie de 150.000 m3 de bois sur la plate-forme de recyclage de bois de Bruyères-sur-Oise en Ile-de-France aura de l’avis de Robin des Bois des conséquences environnementales. Une fois de plus, la filière bois-énergie est sur la sellette.

En effet, le feu se propage dans des montagnes de déchets de bois mélangés, de palettes et autres bois traités venus des déchetteries. Les fumées de combustion portent, transportent, dispersent et déposent des résidus toxiques. Les incendies de ce type sont générateurs de pollution, celui de Saint-Cyprien dans la Loire en août 2008 est là pour le prouver (1) .

Lire la suite

Incendies en Russie

1 août 2012

Eté 2012. Les feux de forêt se développent en Sibérie. La région de Tomsk est touchée. Un des foyers est situé à 28 km au Nord du site nucléaire de Tomsk 7, dans le secteur impacté par l’accident majeur survenu en 1993 (1). Les flammes remobilisent la radioactivité résiduelle accumulée sur les sols, dans les arbres et dans les tourbières et les fumées la transportent sur de longues distances au grè des courants atmosphériques.

En été 2010 et 2011, des incendies de forêts s’étaient déclarés autour du site nucléaire accidenté de Mayak et en 2010 le site secret d’Arzamas 16 avait été encerclé par les feux (2).

Lire la suite

Attention au feu

10 juil. 2012

Communiqué GEIDE post-catastrophe et Robin des Bois

attention-au-feu-RobinDesBois-2012Nul ne peut être rendu responsable du déclenchement et des conséquences des tremblements de terre de magnitude importante. Pour les feux de forêt, c’est une autre histoire. Seule la foudre échappe à la responsabilité humaine et dans plus de 9 cas sur 10, l’Homme est à l’origine des feux de forêt.

Les barbecues, les réchauds à gaz, les cigarettes, les incursions en moto, en quad ou autres engins à moteur à explosion, les feux de camp, les feux d’artifice, les déchets combustibles sont autant de risques de départ de feu dans un milieu naturel vulnérable aux incendies. Une étincelle peut embraser des milliers d’hectares et un petit départ de feu peut, en quelques secondes, devenir incontrôlable.

Lire la suite

Pour la culture du risque

20 juin 2012

Pour la culture du risque

Les catastrophes naturelles et industrielles sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus graves pour la sécurité des personnes, la santé publique et l’environnement.

Le GEIDE post-catastrophe – Groupe d’Expertise et d’Intervention Déchets – a été fondé en 2006 par Robin des Bois, l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), la FEDEREC (Fédération des Entreprises du Recyclage), la FNADE (Fédération Nationale des Activités de la Dépollution et de l’Environnement) et la FNSA (Fédération Nationale des Syndicats de l’Assainissement et de la maintenance industrielle).

Lire la suite

Torpiller les déchets du tsunami et polluer

10 avril 2012

Torpiller les déchets du tsunami et polluer

Le chalutier Ryou-Un Maru, vaisseau fantôme entraîné par le ressac du tsunami du 11 mars 2011 a été coulé par les garde-côtes américains. L’épave repérée depuis le 23 mars s’approchait sous l’effet des courants de l’Alaska. L’opération a eu lieu à 180 milles marins de l’Alaska.

Lire la suite

Incendie en Seine-Saint-Denis

16 févr. 2012

L’incendie est circonscrit mais les pollutions atmosphériques ne le sont pas. La combustion sauvage d’un entrepôt de textiles synthétiques dégage un panache de poussières, de métaux lourds, de composés toxiques et de dioxines. Ces évènements se reproduisent régulièrement dans un habitat urbain dense où cohabitent dangereusement la logistique et les populations.

Robin des Bois souhaite que la préfecture de Seine-Saint-Denis, Airparif et le Ministère de l’Ecologie déclenchent un protocole de suivi de cette pollution atmosphérique et en évaluent les conséquences sanitaires et environnementales. Sur site, les déchets de l’incendie doivent être considérés comme des déchets dangereux.

Lire la suite

Boues rouges : un mal mondial

3 oct. 2011

MAL – Magyar Alumínium ZRt (Aluminium Hongrois Co.) – vient d’être condamné à 470 millions d’euros d’amende pour le déversement de plus de 1,8 million de tonnes de boues rouges, un an après la rupture de la digue ouest du réservoir de l’usine d’Ajka en Hongrie. Selon le bilan officiel de la Direction Nationale des Catastrophes (Országos Katasztrófavédelmi Föigazgatóság) en date du 17 septembre 2011, un peu plus d’un million de tonnes de terres et matériaux pollués par les boues rouges aurait été collecté et regroupé. Il reste encore beaucoup de polluants dans la nature et ils ne seront jamais récupérés, dilués dans les sols, partis dans les eaux souterraines, transportés par le vent sous forme de poussières, et charriés par le Danube (1). Une équipe universitaire hongroise vient de publier une étude selon laquelle le plancton du Danube au niveau de Budapest a considérablement décliné pendant au moins 3 semaines après la catastrophe. Des peupliers ont été replantés sur les terrains agricoles qui ne peuvent plus être utilisés pour les cultures. Les peupliers ont des capacités de transfert des polluants dans leurs parties aériennes. Ils peuvent devenir des maillons de contamination des chaînes alimentaires pour la biodiversité ordinaire – oiseaux, insectes, vers de terre.

Lire la suite

Les déchets du tremblement de terre et du tsunami au Japon Rapport d’étape – septembre 2011

1 sept. 2011

Les déchets du tremblement de terre et du tsunami au Japon   Rapport d’étape – septembre 2011

1. La contagion radioactive
Le 11 mars 2011, c’est le vide juridique au Japon pour les déchets radioactifs diffus d’une catastrophe nucléaire. La Loi en vigueur sur la gestion des déchets place sous la responsabilité technique et financière des collectivités territoriales les déchets des catastrophes naturelles à l’exclusion cependant des déchets radioactifs ; la Loi sur la réhabilitation des sols pollués exclut de son périmètre les sols et déchets radioactifs ; la Loi sur la gestion des matières et des déchets radioactifs concerne seulement l’emprise des établissements nucléaires.

Lire la suite
Page 1 sur 3123