Chez vous

Barbecue sans frontières

9 oct. 2013

Sujet : Sidénergie – 2013 – n°2

Geprocor, la plate-forme export d’Intermarché / Les Mousquetaires installée à Monaco tente d’exporter hors de l’Union Européenne 1.600 tonnes de charbon de bois de la marque Braisal qui ne sont pas commercialisables en Europe.

Or, c’est sous la marque Braisal que Sidénergie écoulait son charbon de bois fabriqué à partir de traverses de chemin de fer retirées des voies. Les traverses de chemin de fer sont imprégnées d’une substance toxique et cancérogène, la créosote. Robin des Bois a toujours soutenu que cette fabrication était illégale au regard de la réglementation française et européenne. Seul un avis dérogatoire du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique accordait à ce charbon de traverses un vernis de respectabilité.

Lire la suite

Alang dans le Lot

7 oct. 2013

Ils travaillent sans masques, sans gants, torse nu, la clope au bec, au contact cutané et par inhalation de poisons. Ce n’est ni à Alang (Inde) ni au Bangladesh, c’est à Laval-de-Cère aux confins du Massif Central, aux bords de la Cère, affluent de la Dordogne. Depuis 10 ans, Sidénergie transforme les traverses de chemin de fer créosotées en charbon de bois pour barbecue grâce à une dérogation du Conseil Supérieur de l’Hygiène Publique en France.

Depuis 10 ans, Robin des Bois réclame d’urgence la fermeture de ce scandale industriel et sanitaire. Enfin, elle était prévue pour juillet 2013 au grand soulagement des habitants de la vallée qui se plaignent de fumées sales et d’odeurs nauséabondes.

Lire la suite

Electrolib

30 mai 2013

Une enquête publique privée de visibilité et de retentissement se termine demain à Paris.

Pour sécuriser l’alimentation de l’Est-parisien en énergie électrique, deux postes de transformation EDF dans le 10ème arrondissement et dans le 19ème arrondissement vont être agrandis et reliés par une ligne souterraine Très Haute Tension de 225.000 volts dans le quartier de Belleville à Paris (1).

Les risques d’exposition aux champs électromagnétiques sont très mal évalués dans le dossier d’enquête publique. « Ils ne dépasseront pas les normes en vigueur » rassure EDF. Rien ne le prouve. Rien ne prouve non plus que ces normes en vigueur prennent en compte tous les risques sanitaires. Parmi eux sont évoqués le risque de leucémie pour les enfants, de même que les migraines, les troubles du sommeil, de la mémoire, de la concentration pour l’ensemble des populations. Le tracé de la galerie souterraine existante dans lequel les câbles seront engainés et la hauteur de plafond de cette galerie par rapport à la voirie et aux trottoirs sont inconnus. Les rues sous lesquelles serpentera la ligne THT d’une longueur d’environ 400 mètres sont étroites. Aucun élément de mesure d’exposition aux ondes magnétiques dans des circonstances strictement analogues n’est communiqué dans le dossier. De nombreux logements et activités commerciales sont au rez-de-chaussée, des bureaux sont exploités à l’entre-sol, des terrasses de cafés ont pignon sur rue. De nombreux riverains et usagers seront victimes d’une exposition rapprochée et inconsciente aux champs électromagnétiques.

Lire la suite

Quand les ex-usines deviennent des « serial killers »

27 mai 2013

Depuis le début de l’année, les accidents mortels dans les friches industrielles se répètent. Le bilan actuel est de 7 morts. La tendance est à la hausse et le communiqué de Robin des Bois du 31 mai 2012 sur « Les enfants victimes des friches industrielles » est de plus en plus d’actualité.

S’il s’agissait d’accidents du travail, l’indignation serait à son comble. Les mises en demeure, les accusations et les procès s’accumuleraient. L’émotion serait « palpable ».

Les morts par électrocution, par incendie, par effondrement de toiture dans les usines et bâtiments industriels désaffectés se succèdent, eux, dans l’indifférence et dans la fatalité. Il y aura un jour aussi des morts par noyade dans les fosses pleines d’hydrocarbures et d’eaux acides que les anciens exploitants et salariés n’ont même pas eu la prudence de vidanger.

Lire la suite

Ethylotest : sanction obligatoire pour l’environnement

1 mars 2013

Depuis juillet 2012, Robin des Bois a attiré à plusieurs reprises l’attention du Ministère de l’Ecologie sur la nécessité d’établir dans les meilleurs délais un protocole de suivi et d’élimination des éthylotests. A ce jour, aucune réponse claire et positive n’a été publiée.

Robin des Bois, au jour de l’entrée en vigueur de la détention obligatoire à bord des véhicules, confirme que les éthylotests à usage unique mis sur le marché français par millions d’unités contiennent de l’acide sulfurique et du dichromate de potassium, deux composants toxiques et porteurs de risques sanitaires et environnementaux.

Lire la suite

Champagne ! (avec modération …)

24 janv. 2013

Robin des Bois est satisfait du report sine die de l’obligation de détenir à bord des véhicules des éthylotests dangereux pour les usagers et l’environnement.

Ce report sine die est la conclusion heureuse d’une campagne menée par Robin des Bois et par d’autres organisations; cette campagne visait à alerter l’opinion publique et les décideurs sur les effets négatifs d’une décision hâtive.

Lire la suite

Le décret éthylotest à la poubelle !

15 nov. 2012

La dangerosité des éthylotests chimiques à usage unique n’est pas contestée. L’étude réalisée en juillet 2012 par le Comité de Coordination de Toxicovigilance avec l’appui de l’INVS (1) et de l’ANSES (2) confirme les risques. Les incidents sanitaires sont en augmentation.

Les éthylotests chimiques désormais diffusés à des millions d’exemplaires exposent les usagers, les familles et notamment les enfants à des risques immédiats résultant de la présence irritative d’acide sulfurique et de chrome.

Lire la suite

Gestion responsable des éthylotests usagés

12 juil. 2012

Communiqué et échanges de correspondances avec le Ministère de l’Ecologie, Contralco et Chimie et Société.

Robin des Bois demande au Ministère de l’Ecologie et à l’ADEME de créer dans les meilleurs délais une filière REP – Responsabilité Elargie des Producteurs – pour les éthylotests à usage unique. Le marché de ces accessoires peut être estimé à 30 millions par an. Chaque éthylotest à usage unique contient environ 1 gramme de chrome 6, substance classée Cancérogène, Mutagène et Reprotoxique (CMR). Le rejet des éthylotests usagés « dans des poubelles » ou « dans les collecteurs de déchets plastiques pouvant être recyclés », comme le préconise le fabricant français Contralco, serait une pratique dangereuse pour l’environnement et la santé publique. Incinérés, les déchets d’éthylotest chargeront en chrome les fumées et les mâchefers. Mis en décharge, les déchets d’éthylotests pollueront à terme les eaux superficielles et souterraines. A cause du manque de directive sur les modalités de gestion après usage, les éthylotests devenus des déchets se retrouveront en partie sur la voie publique ou au bord des routes et se joindront au cortège de macrodéchets qui encombrent et empoisonnent les rivières, les estuaires, le littoral et la mer. Les composés chromés sont toxiques pour la faune aquatique.

Lire la suite

La fausse sortie du perchloroéthylène

29 juin 2012

Le Ministère de l’Ecologie a produit un projet d’arrêté consolidant l’utilisation du perchloroéthylène, le solvant toxique pour l’Homme et l’environnement jusqu’en 2028. En effet, tout exploitant de pressing achetant un équipement de nettoyage à sec au perchloroéthylène jusqu’à la date limite du 1er janvier 2013 pourra l’utiliser pendant 15 ans.

Le projet de texte est tellement compliqué et alambiqué que les membres du Conseil Supérieur de la Prévention des Risques Technologiques dans leur séance du 26 juin 2012 n’ont découvert cette échéance lointaine qu’après 2h30 de débat.

Lire la suite

Seineland

13 déc. 2011

« Il s’agit d’offrir aux franciliens un espace public majeur de plusieurs hectares pour de nouvelles pratiques économiques culturelles et sportives ». Salons, foires, restaurants, commerces, loisirs, Tour de France, espaces événementiels, boîtes de nuit, le projet est destiné à accueillir la mixité des divertissements et le métissage de concessions lucratives. A court de foncier, la Mairie de Paris a trouvé dans le patrimoine mondial de l’UNESCO quelques hectares d’eldorado, ce qui ne l’empêcherait pas si le projet est entériné de faire la chasse aux subventions auprès d’organismes publics comme l’Agence de l’Eau Seine-Normandie ou l’ADEME pour sensibiliser les usagers à la gestion de leurs mégots et gobelets.

Lire la suite