Baleinafric

23 juin 2005

Commission Baleinière Internationale. Ulsan, Corée du Sud. 20 – 24 juin 2005.

Sous la baguette du Japon, un nouveau facteur d’unification et de coopération interafricaine est en train d’émerger et de se consolider. Le Bénin, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée, la Mauritanie, le Maroc, le Sénégal soutiennent l’initiative japonaise de développer la chasse à la baleine dans le sanctuaire de l’océan austral. Le Togo, le Mali, la Gambie sont en cours d’intégration à la CBI. Seule l’Afrique du Sud a voté la résolution condamnant JARPA II. Cf communiqué Robin des Bois « J’harponne II » du 7 juin 2005.

Verbatim : « certains pays prennent plus soin des baleines que des êtres humains ». « Si les pays baleiniers reprennent la chasse, ils pourront vendre à petit prix la viande aux africains qui meurent de faim ». « Vos baleines mangent nos poissons ». « Les baleines contribuent à la misère dans le monde ».

La baleine émissaire est de plus en plus isolée et montrée du doigt. Outre l’Afrique, des états insulaires de l’océan pacifique et atlantique, la Chine et la Russie sont favorables au concept japonais de chasse scientifique.

30 pays dont tous les états-membres de l’Union Européenne adhérant à la Commission Baleinière Internationale ont voté contre JARPA II et 27 pour. Ce vote n’est pas contraignant. Conformément aux règlements de la CBI, le Japon peut sous le couvert de la chasse scientifique mener à bien son programme. Il s’y trouvera d’autant plus encouragé qu’une bonne partie de l’humanité lui exprime à Ulsan sa solidarité. Dans le cadre de Jarpa II, le Japon va capturer des petits rorquals (850 par an). Pendant la dernière saison de sa chasse commerciale (1986-1987), il en avait capturé 1941. Sous la tutelle de la chasse scientifique, le Japon va aussi capturer des baleines à bosse et des rorquals communs. Petit à petit, la chasse scientifique se rapproche du niveau de la chasse commerciale en nombre d’individus et la dépasse en terme de diversité des espèces ciblées.

La prochaine session plénière de la CBI se tiendra à Saint-Kitts-et-Nevis, état caraïbe partenaire du Japon.

 

Imprimer cet article Imprimer cet article