A l’attaque des phoques-moines !

5 nov. 1990

Un commando de la marine marocaine et des paramilitaires pseudo-scientifiques délégués par le Ministère de l’Environnement français et le Marineland d’Antibes s’apprêtent à capturer 5 à 7 phoques-moines (Monachus monachus) vivant au sein d’une des dernières colonies de ces mammifères marins, parvenus aujourd’hui au seuil de l’extinction. L’enlèvement des phoques-moines se fera sur la côte atlantique, près de la frontière séparant le Maroc et la Mauritanie.

L’objectif est de ramener les otages au Marineland d’Antibes pour y créer une « nurserie ». A terme, ils seront transférés au Parc National de Port-Cros. Les promoteurs de cette opération expliquent que la colonie concernée, forte de 25 individus, est trop petite pour pouvoir se reproduire et ajoutent sans rire que les 5 à 7 individus arrachés à leur milieu naturel et « isolés » (dans un bassin de quelques dizaines de m2 au milieu des spectateurs, des bouteilles de soda, du parking, des cars scolaires et d’un manège aquatique) auront un maximum d’atouts pour créer une colonie artificielle et se reproduire. « Par la suite, ils pourront être réintroduits en milieu naturel ! » En fait, ces animaux extrêmement farouches, et pour l’essentiel victimes du tourisme et de l’intrusion humaine dans les endroits les plus reculés, seront soumis à d’odieux traitements antibiotiques et hormonaux, comme d’autres pensionnaires du Marineland et notamment les 2 orques importées d’Islande grâce à la complaisance de la Direction de la Protection de la Nature du Ministère de l’Environnement.

Enfin, le zoo marin d’Antibes pourra, grâce à ses nouveaux hôtes de prestige et sous le couvert d’une opération scientifique et « humanitaire », augmenter ses tarifs pendant quelques semaines ou quelques mois, car les phoques-moines sont réputés ne pas survivre à la captivité.

Rarement ou jamais peut-être, le Ministère de l’Environnement ne s’est fourvoyé dans une entreprise aussi indiscutablement maladroite et destructrice.

Robin des Bois invite tous les scientifiques*, ses adhérents et les associations, à contrecarrer ce plan maléfique. Le Maroc doit protéger in situ sa dernière colonie de phoques-moines et doit en refuser l’accès à ceux qui veulent la décimer, au mépris des Conventions de Washington et de Berne et avec comme seul « parapluie » légal un scandaleux permis d’importation accordé par Mr François Letourneux, responsable de la Direction de la Protection de la Nature au Ministère de l’Environnement.

 

* Nous avons reçu le soutien total de Pierre Pfeffer, animateur de la campagne Amnistie pour les Eléphants.

 

Protestations :
Brice Lalonde, Ministre de l’Environnement, 45 av. Georges Mandel 75016 Paris
François Letourneux, Service de la Chasse, de la Faune et de la Flore, Ministère de l’Environnement, 14 boulevard du Général Leclerc, 92524, Neuilly-sur-Seine
Othmane Demnati, Ministre de l’Agriculture, Quartier administratif, Rabat, Maroc
Marineland, RN7, 06600 Antibes
Parc National de Port-Cros

 

 

 

 

Imprimer cet article Imprimer cet article