- Robin des Bois - http://www.robindesbois.org -

Bulletin « A la Casse » n°2

Robin des Bois poursuit son travail d’investigation et de compilation sur l’actualité des navires en fin de vie. Le tonnage souligné correspond au poids de chaque unité hors cargaison, tel qu‘elle se présente au chantier de démolition, le plus souvent par ses propres moyens, c’est à dire sans remorquage. 90% de ce poids correspond à des métaux ferreux ou non ferreux recyclables. Les 10% restants correspondent en majorité à des accessoires, équipements et mobiliers susceptibles de réemploi ; le solde correspond à des déchets : déchets d’équipement électrique et électronique, plastiques, amiantes, mousse de polyuréthane, déchets et dépôts d’exploitation… Aucun des navires cités n’a subi de décontamination préalable. Compte tenu des années de construction et de maintenance, ils contiennent tous de l’amiante, des PCB, et des peintures toxiques. Les principaux déchets d’exploitation sont les boues d’hydrocarbures et les eaux polluées. Quand des utilisations particulièrement importantes de matériaux ou accessoires à risques sont suspectées dans la construction, de même que des déchets spécifiques correspondant à l’usage, le profil de chaque navire le mentionne. Le dossier  » Navires en fin de vie  » présenté à Cherbourg lors d’une conférence de presse en date du 22 février 2006 est disponible sur le site www.robindesbois.org dans la rubrique  » Dossiers « .

En France :
Lucifer II (1943)., ex-Découverte des forces navales françaises libres, ex-Windrush de la Royal Navy. A servi d’école de sécurité incendie après échouage à Querqueville dans la rade de Cherbourg de 1967 à 2002. longueur 93 ,5 m, 1.325 t ; matières polluantes : PCB, eaux de ballast, amiante sous diverses formes, hydrocarbures. Protocole Clémenceau : diagnostic, dépollution, déconstruction. Lieu : sur plage, le navire ayant été cassé en deux suite à une grande marée en 1994, il ne peut plus être déplacé. En outre, il est prévu de dépolluer le périmètre autour du bateau et dessous où la teneur des pollutions est encore inconnue. Début possible des opérations : automne 2006.
Dock flottant. Le Havre. Il ne part pas à la casse. Mais le Port Autonome du Havre le propose à la vente dans le cadre d’un appel d’offre international. Cet équipement public d’intérêt général construit à Saint-Nazaire, très rare en Europe et très convoité, capable de contribuer à la déconstruction ou au désamiantage partiel de navires ou d’objets flottants doit à notre sens rester sur la façade atlantique française (cf ; Communiqué Robin des Bois du 27 février 2006  » Un dock flottant qui tombe à pic « , sur le site www.robindesbois.org, en rubrique communiqués / mer / Fortunes de mer / année 2006. Selon les dernières nouvelles, le dock devra faire l’objet de réparations avant cession ou nouvel usage.
En Asie :
Amsterdam. Marchandises diverses, 4.911 t. Pavillon Tuvalu. Construit en 1978. Destination démolition inconnue.
Andaman Princess (Ex-Svea Jarl, Ex-Apollo III). Ferry / navire de croisière, longueur 101 m, Pavillon Thaïlande. Construit en 1962 à Stockholm (Suède) par AB Finnboda Varf. Après plus de 20 ans de transport entre Stockholm et Helsingfors, il vécut une carrière prospère de navire de croisière en Thaïlande. Epargné par le tsunami de décembre 2004, il fut utilisé pour le secours et l’aide médicale d’urgence aux touristes. En attente à Bangkok suite aux difficultés économiques de Siam Cruises, il est finalement vendu pour démolition en Inde (Alang). 415 passagers. Amiante, sources radioactives.
Axion. (ex-Pamela, ex-Mela, ex-La Frenais, ex-Praxitelis). Vraquier, longueur 189 m, 6.852 t. Pavillon Malte. Construit en 1976 à Séville (Espagne). Propriétaire Desmos Maritime SA (Grèce). Ldt. Vendu pour démolition au Bangladesh. 350 $ la tonne.

Baron (ex-Barbara H, ex- Desnogorsk, ex-Successor 3, ex-Kelo). vraquier, longueur 189 m, 6.852 t. Pavillon Chypre. Construit en 1976 à Séville (Espagne) par Astilleros Españoles SA. Propriétaire Byzantine Maritime SA (Grèce). Détenu à Brême (Allemagne) en décembre 1999, à Las Palmas (Espagne) en février 2002, à Valence (Espagne) en juillet 2005. Vendu pour démolition au Bangladesh.
Dale (Ex-Deepdale, ex-Marol).Tanker, longueur 184 m, 8.935 t. Pavillon Panama. Construit en 1979 au Japon par Imabari Zosen. Armateur Laura Finance (Grèce). Vendu pour démolition au Bangladesh. 385 $ la tonne. Tartres chimiques, dépôts d’hydrocarbures. Risques d’explosion, incendie, intoxication.
E Dignity (Ex-Marathon, ex-Anchor Bay, ex-Sliema, ex-Kapital I, ex-Margaret John, ex- Anatasia II). Marchandises diverses, longueur 115 m, 7.583 t. Pavillon Malte. Construit en 1977 à Hakata (Japon) par Watanabe Zosen. Propriétaire Emre Gemicilik Denizcilik Tic Ltd (Turquie). Détenu en 2000 à Bilbao (Espagne) puis à Rouen (France) et en juillet 2005 à Longuldak (Turquie) pour des infractions relatives à la sécurité incendie et la motorisation. Racheté en novembre 2005 par un courtier à 326 $ la tonne avec un droit de revente pour 4 mois. Finalement vendu pour démolition au Bangladesh. 340 $ la tonne.
Excellent (ex-Gamma, ex-Skycrest, ex-Palmstar Sumida, ex-Federal Sumida). Vraquier, longueur 183 m, 8.581 t. Pavillon Panama (anciennement Libéria). Construit en 1976 à Mizushima (Japon) par Sanoyasu Dockyard Co. Propriétaire United Marine Shipping (Singapour). Vendu pour démolition au Bangladesh . 350 $ la tonne.
Gai. Grumier, 8.102 t. Pavillon Tuvalu. Construit en 1972 au Japon. Propriétaire KNK Management-Bombay (Inde). Vendu pour démolition au Bangladesh.
Gas Bauhinia (ex-Gas-Diana). Butanier, longueur 228 m, 14.115 t. Pavillon Liberia. Construit en 1977 à Yokohama (Japon) par Mitsubishi. Propriétaire Jiu Feng Arco Shipping (Singapour). Utilisé par BP comme stockage flottant de gaz au large des côtes chinoises, il a été endommagé par le passage du typhon Damrey en septembre 2005. Vendu pour démolition au Bangladesh. Poussières faiblement radioactives.
Jaami. (ex-Sekondi, ex-Bello Folawiyo, ex-Deo Juvante, ex-Merkur America, ex-EAL Opal, ex-Berlioz, ex-Wing Son). Cargo, 5.872 t. Pavillon Bangladesh. Construit en 1979 à Szczecin (Pologne). Propriétaire Midland Shipping Ltd (Singapour). Après avoir quitté Chittagong (Bangladesh) pour l’Europe avec un chargement de conteneurs de marchandises diverses (vêtements; artisanat, tissus), le Jaami s’est échoué dans le port de Colombo (Sri Lanka) le 26 décembre 2004 durant le tsunami. Vendu pour démolition. 275 $ la tonne.
Kent (ex-N Cedar, ex-Nichitama Maru). Tanker, longueur 256 m, 18.497 t. Pavillon Libéria. Construit en 1980 à Numakuma (Japon ) par Tsuneishi. Vendu par le Japonais Navix Line en 1995 à Elka Shipping (Grèce). C’est le plus gros pétrolier vendu pour démolition en 2005 et 2006. 384 $ la tonne. Il est attendu au Bangladesh. Tartres et dépôts d’hydrocarbures sur les parois. Risques d’explosion, incendie, intoxication.
Nico. Vraquier, 1.575 t. Pavillon Portugal. Construit en 1969 par Ferguson Brothers à Glasgow (Grande Bretagne). Propriétaire basé à Madère. Vendu pour démolition. Destination inconnue.
Ocean Pride. (ex-Silver Star, ex-Craig, ex-Gonosan, ex-Seiwa Maru, ex-Sunny Peak). Vraquier, longueur 146 m, 5.430 t. Pavillon St Vincent et Grenadines. Construit en 1977 à Imabari (Japon) par Imabari Zosen. Propriétaire Nedkhan Shipping (Singapour). Vendu pour démolition. Destination inconnue.
Olympia I. (Ex. Achilleus, Ex. Orion, Ex. Thomas II). Navire passagers / croisière, longueur 126 m, 3.740 t. Pavillon Grèce. Construit en 1953 à Livourne (Italie) par Ansaldo S.p.A. Propriétaire Freewind Shipping (Grèce). 328 passagers. Vendu pour démolition en Inde. Amiante, sources radioactives.
Our Lady of Fatima (ex-Ferry Ehime). Ferry, longueur 101 m, 3.115 t. Pavillon Philippines. Construit en 1972 à Kinoe (Japon) par Kishimoto Zosen. Vendu pour démolition au Bangladesh en lot avec le Our Lady of Guadalupe pour 220 $ la tonne. Transport entre Cebu et Ormoc (Philippines) pour Aboitiz Transport System; capacité 1239 passagers. Amiante, sources radioactives.
Our Lady of Guadalupe (ex-Asaka Maru n°8). Ferry, longueur 89 m, 1.833 t. Pavillon Philippines. Construit en 1973 à Hinase (Japon) par Okayama Zosen. Vendu pour démolition au Bangladesh en lot avec le Our Lady of Fatima pour 220 $ la tonne. Transport entre Cebu et Ormoc (Philippines) pour Aboitiz Transport System; capacité 849 passagers. Amiante, sources radioactives.
Rez (ex-Carezza, ex-Maramozza). Chimiquier, longueur 89 m. Pavillon Panama. Construit en 1969 à Marina di Carrara (Italie) par Cant. Nav. Apuania. Propriétaire Black Sea Shipping (Turquie). Retenu en avril 2003 dans le port de Koper (Slovénie) pour déficiences de tous ordres affectant toutes les parties de bateau et tous les aspects de la navigation. Vendu pour démolition au Inde. Tartres chimiques, éventuellement faiblement radioactifs si transport d’acide phosphorique. Risques d’explosion, incendie, intoxication.
Volcano. Vraquier, 6.595 t. Pavillon Malte. Construit en 1975. Propriétaire Desmos Maritime (Grèce). vendu pour démolition au Bangladesh. 355 $ la tonne.
Analyse : Sur 18 navires en partance pour la démolition, 8 sont sous pavillon européen ou appartiennent à des citoyens européens. 7 ont une longueur inférieure à 150 m, 4 entre 150 et 200m, 2 entre 200 et 256 m. Les âges des navires en fin de vie se rangent entre 26 et 53 ans. La démolition cumulée va permettre de recycler au minimum 100.000 t de métaux.
D’autres navires sont voués à la démolition depuis le début de l’année 2006 mais les contrats avec les chantiers ne sont pas encore définis ; il s’agit des Twin Star, Lamo, Jupiter 6, Bowen King, Shanadar, M Sulphur.
Le cas du Rotterdam :

En cours de restauration, le paquebot Rembrandt (ex-Rotterdam) appartenant à une fondation liée au port de Rotterdam est arrivée en remorque dans le port de Gdansk (Pologne) depuis un chantier naval de Cadix en Espagne. A Gdansk, le Rotterdam va être partiellement désamianté avant son changement de vocation. Il sera dans quelques mois posté à Rotterdam en tant qu’hôtel et lieu de loisirs flottant. Conformément à ce qui a été expliqué pour le Clémenceau, le Rotterdam, pour conserver sa flottabilité, ne sera pas totalement désamianté. Le diagnostic amiante n’est pas connu.
Sources : Aboitiz Transport System, American Bureau of Shipping, Black Sea Memorandum of Understanding, Clarkson’s Shipping Intelligence Network, Clarkson’s Shipping Intelligence Weekly, Det Norske Veritas, Equasis, Lloyd’s List, Lloyd’s Register of Shipping, Maritime Matters, Robin des Bois archives et sources personnelles, Shipspotting, Trade Winds, Walton and Morse.